Discrétion de la montagne, ou pas

Poème écrit et calligraphié à Briançon les 20 & 21 avril 2022 à l’encre de Chine et gouache sur quatre diptyques 224 g de Clairefontaine, au format déplié de 24 cm de haut par 32 de large.

Le poète Francesco Marotta en propose une version italienne, aussi sensible que ferme ; la voici : https://rebstein.wordpress.com/2022/04/22/discrezione-della-montagna-forse-no/

.

1

Elle est venue s’asseoir sur tes genoux,

la montagne presque muette.

Agée ? non. Juste un peu ridée.

Long a été son chemin.

Elle apprend l’humilité en te parlant bas.

Elle t’écrase un peu.

Hanches et genoux te font mal

mais les guerres effroyables à l’est et au sud

ont appris à elle et à toi qu’il existe des souffrances

beaucoup plus lourdes que les siennes.

*

2

Qui s’assied sur l’autre ?

Elle ou toi ?

Tu ne peux t’asseoir au sommet,

à peine le visites-tu au vol ;

tu t’assieds sur le rocher du torrent

si bien que le rocher c’est toi

et que tu es la rotule de la montagne.

Ou bien son crâne vague.

*

3

La montagne et toi ne savez pas bien

qui vous êtes.

Echo l’un de l’autre.

L’un, nid de l’autre

avant les envols somptueux dans

la famine ou la gloire.

*

4

Elle est venue s’asseoir sur tes genoux.

Elle finit par t’irriter. Tu te lèves,

une partie d’elle dégringole

jusqu’à l’estuaire ;

mais l’autre gratte dans ta gorge,

t’acère cordes vocales et verbes,

vous voici volcan et le ciel est rouge.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

6 réponses à “Discrétion de la montagne, ou pas”

  1. Antonio Devicienti dit :

    J’adore la capacité d’Yves de faire « bouger », agir, se déplacer ce que le sens commun juge immobile.

  2. Hilfiger Nicolas dit :

    Crissement, détonations. Vrombissements…Yves Bergeret contraint le son de la guerre, des guerres, en ce qu’elles sont faces béantes comme le Chronos cannibale qui, dans le silence fusionnel de la peinture ré-cupère le fragment hostile.
    Le Poète jette à bas cette terrible présence de réalité: Le corps devient ascenseur d’ossature(s), « Tu ne peux t’asseoir au sommet, à peine le visites-tu au vol ; ( … ) « .
    YB s’engage à remettre en la présence ou pas du tout, cette montagne sans destination autre que dans le terrain, terminus de la Loi des Paix humaines.

  3. Sandrine Péricart dit :

    La parole de la montagne coule de source : vocable, encre ou peinture. Sur la page de gauche, les couleurs deviennent mots, puis d’autres mots d’autres couleurs, et enfin, redeviennent gestes et mouvements. D’accueil et d’écoute, toujours.
    Clair et somptueux.

  4. Jean-François Mathé dit :

    Même humble et assise sur nos genoux, la montagne pèse du poids du monde qu’elle porte en elle. Même en dégringolant, elle laisse en nous des pierres à lancer, à crier contre le poids des souffrances du monde.

  5. xavier lemaitre dit :

    Rotule roule et porte loin,
    Crâne couvre et pense bien;
    L’un porte sans trop peiner,
    L’autre pense sans trop peser.
    Ce sont os légers comme
    Montagnes plissées, ventées,
    Ce sont os poreux comme
    oreilles ouvertes, tendues.
    Par monts et par vaux,
    Rotule arpente la roche,
    Crâne atteint la crête.
    Bras et seins de la montagne
    Cueillent le pas,
    Nourrissent le poème
    Avec lucidité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :