Archive | mai 2016

Colline en feu, avec 2 dessins de Soumaïla Goco Tamboura [4]

Livret créé (20 cm x 21, en 3 exemplaires) par Yves Bergeret à Die du 26 au 28 mai 2016, avec, parmi les encres, les gestes de couleur et les collages, deux dessins que Soumaïla Goco Tamboura a faits en juillet 2008 dans le désert au Nord du Mali. 

Si legge tradotto in italiano da Francesco Marotta, poeta, con questo link : 

https://rebstein.wordpress.com/2016/05/31/collina-in-fiamme/

 

fine settimana con angela 004 (1).JPG

 

On ne sait comment prit le feu.

On parle d’un jardinier maladroit,

on évoque un lézard-dragon,

un vent perfide,

un ennemi masqué parmi nous.

*

 

Le feu monta notre pente au galop,

il était un loup noir à vingt poumons.

*

 

On se précipita dans les ravins latéraux

car notre colline allait mourir

et nous avec elle, dans des douleurs égoïstes,

comme toutes nos villes.

*

 

Le feu en un jour brûla toute broussaille.

Hélas aucun Prométhée ne survint.

Les couards s’esquivaient en bluffant.

Le feu fut mon ombre indigne ;

puis il la fit blanche,

mon ombre fut digne.

La chouette affectueuse m’embrassait.

*

 

Le calcaire et le grès souffrirent

dans un rut diabolique.

*

 

Si lâche fut le vent,

si duplice la flamme à l’œil torve

que la colline qui pensait s’affaisser

se redressa. Et se dressa si haut qu’elle épousa

le membre du volcan du milieu des mers.

*

 

Alors les vaches du soleil

sculptèrent la pente.

*

 

Alors un étranger aux talons durs

sortit d’une caverne rouge

et grimpa la pente

par l’envers de la possession.

*

 

Alors un lit de ruisseau

naquit dans ses pas.

 

Alors  personne ne connut si le cours de ce ruisseau

monterait ou descendrait.

*

 

Alors le récit naquit

dans les dures souches

entre les cendres fumantes.

*

2 IMG_3977

3 IMG_3988

4 IMG_3993

5 IMG_3999

6 IMG_4000

*

8 R004-006

[ Soumaïla Goco -en chemise bleue- , captif de Peul, s’adressant en juillet 2003 à des « poseurs de signes » dogon Toro Nomu du village de Koyo, lointain (ici un grand féticheur et deux chanteurs de litanies secrètes de circoncision et d’enterrement, qui ont été mes compagnons de création pendant dix ans) ; ils sont ici assis devant la paroi aux signes peints encore assez visibles, au fond de l’auvent de Komboal Bilgadan ( = « la grotte des signes », dans le dialecte peul de la région), à une heure de marche dans la montagne au dessus du village des captifs de Peul, Nissanata ; Soumaïla Goco essaie avec eux et moi de retrouver le sens oublié et la fonction perdue de ces signes.  YB ]

 

Publicités

Le Cercle de pierres-paroles, Sicile, 9 mai 2016

Répétition 3

Répétition, une heure avant

Répétition 5

Répétition 6

Si legge in italiano nella seconda parte di questo articolo

Réunis dans un tout nouveau livre bilingue des éditions Algra, avec une version italienne de Francesco Marotta, des cycles de poèmes que j’ai écrits ces quatre dernières années en Sicile, à l’île de La Réunion, à Die et à Paris, ont été présentés le lundi 9 mai au public à Catane : en plein centre de la grande ville portuaire, non loin de la mer qui porte et porte encore les barques des migrants.

Pour lire quelques extraits du livre et le commander chez l’éditeur on peut utiliser ce lien : 

https://rebstein.wordpress.com/2016/05/25/antidoti-2/

 

En reprenant le titre d’un des cycles j’ai intitulé ce livre, Le Cercle de pierres.

Ce cercle existe. Des mains anonymes l’ont créé avec des pierres blanches sur la cendre noire, sur la crête nord dominant Valle del Bove dans le flanc oriental de l’Etna. Ce cercle de pierres surplombe les tresses de coulées de lave sombre qu’émet par violents sursauts le volcan. On marche plusieurs heures, hors tout sentier, pour monter à ce simple cercle. Parfois je dors à la belle étoile près de lui.

 

De la vie simple et tenace ce livre témoigne, par ses poèmes, par ses rebonds, par son élan. De la vie simple, tenace qui ouvre la parole et que la violence, la bêtise, l’oppression féodale ne feront jamais taire. Je dis parfois en public ces poèmes, car cet allant tenace vers l’espace ouvert et vers son oralité  est au cœur de la poésie. J’ai d’abord peint et calligraphié en grand format, toujours dehors, en plein montagne, certains des cycles de poèmes de ce livre. Puis je les ai dits, souvent avec des musiciens, partageant l’élan performatif du geste de liturgie profane qui s’accomplit alors.

01 20160509_185948

02 20160509_181907

 

Je suis heureux que ce livre ait été en premier présenté à Catane, cœur battant de la Sicile, île splendide par sa créativité et ses migrations, île de rencontres et de luttes dures et sourdes. L’éditeur, Alfio Grasso, et les deux directeurs de la collection Ginestra dell’Etna qui publie ces poèmes, Maurizio Cucchi et Antonio di Mauro, nous ont réunis dans l’Auditorium de Camplus d’Aragona.

Antonio Di Mauro et Giovanni Miraglia, préfacier du livre, ont ouvert la manifestation. J’ai un peu parlé, malgré mon italien bancal. J’ai lu des poèmes. Pour cette soirée j’avais peint spécialement six extraits du premier cycle du livre, Falaise, en très grand format.

03 Presentazione ilbro di Yves 048

Carlo Sapuppo, l’ami sculpteur, a dressé une œuvre intense en pierre et fer, Vibrazioni della parola, spazio. Pia Scornavacca, Francesco Gennaro et Antonio Di Mauro ont lu des poèmes du livre en italien.

04 Presentazione ilbro di Yves 009 (1)

05 Presentazione ilbro di Yves 038

06 Presentazione ilbro di Yves 045

Trois migrants du Mali et du Sénégal, Bandiougou Diawara, Séni Diallo et Ali Traoré, arrivés depuis peu en barque, qui sont eux aussi devenus mes compagnons de création en Sicile, sont venus spécialement du centre de l’île où ils vivent actuellement, à Aidone. Nous avons dit le cycle Sang futur, moi en français, eux dans la langue italienne qu’ils ont très vite apprise et aussi en Soninké, en Mandinka et en Bambara : ainsi, par dessus le contrepoint brutal des tresses de la violence, avons-nous tous, amis siciliens et africains et moi, créé un premier cercle extraordinaire de pierres-paroles, un cercle de l’oralité la plus active et de la poésie la plus ouverte.

Yves Bergeret

07 20160509_195627

08 Presentazione ilbro di Yves 017

09 Presentazione ilbro di Yves 026 (1)

10 Presentazione ilbro di Yves 029 (1)

11 Presentazione ilbro di Yves 034 (1)

Il cerchio di pietre-parole

Raccolti in un recentissimo volume bilingue delle Edizioni Algra, tradotti in italiano da Francesco Marotta, alcuni cicli di poemi, scritti negli ultimi quattro anni in Sicilia, nell’Isola della Réunion, a Die in Provenza e a Parigi, sono stati presentati in pubblico lunedì 9 maggio a Catania: nel centro della grande città portuale, non lontano dal mare che porta e ancora porta le barche dei migranti.

Riprendendo il titolo di uno dei cicli, ho chiamato questo libro Il Cerchio di pietre.

Questo cerchio esiste davvero. Mani anonime l’hanno creato con pietre bianche sulla cenere nera sulla cresta nord che domina la Valle del Bove, sul versante orientale dell’Etna. Il cerchio di pietre sovrasta le trecce scure di colate laviche che il vulcano espelle con violente scosse. Ci vogliono parecchie ore di cammino, fuori da qualsiasi sentiero tracciato, per risalire fino a questo semplice cerchio. Mi è capitato talvolta di dormire all’aperto nei suoi paraggi.

Coi suoi poemi, le sue riprese, il suo slancio, questo libro è una testimonianza della vita semplice e tenace – quella che apre la parola e che né violenza, né ottusità, né oppressione feudale metteranno mai a tacere. Mi capita talvolta di leggere questi poemi in pubblico, perché la tensione ostinata verso lo spazio aperto e la sua oralità diffusa è il cuore stesso della poesia. Dapprima ho dipinto e calligrafato, sempre all’aperto, in piena montagna, alcuni cicli di poemi di questo libro; poi li ho detti, spesso accompagnato da musicisti, partecipandone lo slancio performativo del gesto da liturgia profana che solo allora va a realizzarsi compiutamente.

Sono felice che questo libro sia stato presentato in anteprima a Catania, cuore pulsante della Sicilia, splendida isola di creatività e migrazioni, terra di incontri e di lotte dure e sorde. L’editore, Alfio Grasso, e i due direttori della collana Ginestra dell’Etna che ospita questi poemi, Maurizio Cucchi e Antonio di Mauro, ci hanno riuniti nell’Auditorium del Camplus d’Aragona.
Antonio di Mauro e Giovanni Miraglia, prefatore del libro, hanno aperto la manifestazione. Io ho parlato un po’, nonostante il mio italiano zoppicante. Ho letto dei poemi. Per questa serata avevo dipinto appositamente sei estratti del primo ciclo del libro, Falesia, su fogli di grandissimo formato.

Carlo Sapuppo, l’amico scultore, ha realizzato un’opera intensa in pietra e ferro, Vibrazioni della parola, spazio. Pia Scornavacca, Francesco Gennaro e Antonio di Mauro hanno letto in italiano testi tratti dal libro.

Tre migranti provenienti dal Mali e dal Senegal, Bandiougou Diawara, Séni Diallo e Ali Traoré, arrivati da poco in barca e diventati essi stessi miei compagni nel lavoro creativo in Sicilia, sono venuti appositamente dal centro dell’isola dove vivono attualmente, Aidone. Insieme abbiamo detto il ciclo Sangue futuro; io in francese, loro in italiano, lingua che hanno appreso velocemente, e anche in Soninké, in Mandinka e in Bambara: così, al di sopra del contrappunto brutale delle trecce della violenza, tutti noi, io e gli amici siciliani e africani, abbiamo creato un primo cerchio straordinario di pietre-parole, un cerchio dell’oralità la più attiva e della poesia la più aperta.

Traduzione di Francesco Marotta

12 20160509_181448_resized

 

*****

***

*

Aller à l’Etna, Sicile, mai 2016

01 Etna, 16 juillet 2010, 06

Trois quadriptyques verticaux (65 cm x 25) sur papier « Canson C » de 180 grammes créés à Aidone dans le centre de la Sicile les 3 & 5 mai 2016 par Diawara Bandiougou, Séni Diallo & Ali Traoré ( tous trois migrants du Sahel arrivés en barque en Sicile, qui sont allés pour la première fois de leur vie sur le volcan sicilien le 2 mai) et par Yves Bergeret, qui pose en outre ici des gestes de couleurs à l’acrylique.

 

La veille d’aller au volcan :

1

En Afrique jusqu’à l’Europe j’entends parler du volcan sans le voir.

Les laves du volcan coulent par terre et attirent les gens à visiter l’Etna.

Dès demain je le vois, je le touche et j’emporte l’image

pour mon souvenir dans toute ma vie.

SD

*

 

La journée plus longue

Et la nuit pleine de ce rêve

Pour l’Etna que j’ai passé deux ans

à lui parler sans aller le voir.

Le volcan qui dort est calme

avec son cœur qui bat petit à petit.

AT

*

 

Si je pouvais retourner demain au volcan

je prendrais de l’eau,

un sac d’espoir, une épopée en écharpe

et un oiseau de couleurs de quatre continents.

YB

*

 

Je me prépare à aller au volcan

car j’ai beaucoup entendu de cela.

Je décide d’aller un peu m’y promener.

Dès que j’ai fini de me préparer, en dormant

le diable du volcan m’a pris en rêve.

DB

*

01 IMG_3961

02 IMG_3973

Le lendemain du voyage au volcan :

2

Mon cœur bat pour la joie

les larmes coulent à la joie

ses laves coulent lentement

à ma première visite sur l’Etna

le volcan qui m’attirait pendant deux ans

les personnes montent et descendent

pour dire bonjour à l’Etna.

AT

*

 

Les laves coulent du sol la terre

fendue en flamme en 3 000 mètres

de hauteur. Les cailloux en cendre,

des montagnes en trou. La foule se

dirige vers l’Etna en portant des

sacs en bandoulière pour l’observer,

le sol chaud

le ciel en brouillard.

SD

*

 

L’Etna c’est situé au nord de l’Italie

dans la région de Sicile, cercle de Catane.

L’Etna c’est entouré par montagne qui a

3 330 mètres d’altitude. Le magma

du volcan c’est lave en bouillant.

DB

*

 

Dans ma main gauche

le volcan a glissé une coulée de lave jeune,

dans ma main droite

le vent a mis la vie qui l’éteint

puis la rend fertile.

YB

*

 

3

Et le vent porte le nuage

sur le grand torse du volcan

qui tousse et s’endort

de l’autre côté du monde.

YB

*

 

Le vent atmosphérique souffle du bas

en montant jusqu’en haut se partage en deux :

la fraîcheur en vapeur,

la chaleur nuageuse.

SD

*

 

Le gaz du volcan m’a pris à la gorge.

Les vents soufflent partout.

Je suis tombé dans le gel.

DB

*

 

C’était un cadeau que je n’avais jamais eu.

Au sommet de l’Etna je vois

le nuage qui s’accroche à moi,

qui me dit voici ton souvenir

pour toujours.

Rien ne peut te le donner que l’Etna

AT

*

03 20160504_123635_resized

04 20160504_115156_resized

05 IMG-20160510-WA0016

 

*****

***

*

 

 

 

Le Jugement de Caïphe, à Piazza Armerina, en Sicile

00 20160505_121553

[on peut lire la version italienne de cet article, traduite par le poète Francesco Marotta, à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2016/05/07/la-sentenza-di-caifa/  ]

Piazza Armerina, au cœur de la Sicile, est un volcan renversé où l’image, qui est fondatrice de société et de mythe, se met soudain à fonctionner énergiquement en tout sens, oubliant presque sa fonction de stabilisation de toute communauté humaine qui cherche harmonie et paix.

A la Villa Casale, les dieux antiques et les rites de leur sacré s’étalent au sol dans des mosaïques que l’on piétinait, sur lesquelles on dormait, mangeait et marchait. Dans la cathédrale un superbe Crucifix en bois peint sur ses deux faces, suspendu haut dans la nef, surplombe étrangement la tête des fidèles. Et voici qu’on a ces tout derniers temps découvert, magnifiquement restauré ( et remis sous les yeux du public ces jours-ci ! ) dans une galerie du cloître de Santo Pietro, église et couvent franciscain du seizième siècle, une fresque étonnamment paradoxale. Une splendeur.

01 IMG_3811

Il ne reste dans le cloître que cette fresque. Quel dialogue a-t-elle dans le passé entretenu avec celles des trois autres galeries, impossible de le savoir. Elle saute à nos yeux d’aujourd’hui. Une foule. Un brouhaha. Dans des cartouches de toutes formes, des traces d’écriture en latin, usées, effacées, de travers, droites, de travers. Beaucoup d’écriture vraiment, en latin rustique. Lettres écrites avec application à une époque où peu de gens pouvait les lire, même si ce couvent était alors un lieu académique doté d’une bibliothèque. C’est l’effet de brouhaha qui s’impose en premier. Un balbutiement grandiose et polycentré. De très nombreux personnages, tous masculins, presque tous en torse, sauf principalement un, s’opposent en deux groupes de part et d’autre d’un grand personnage assis sur un trône. De part et d’autre deux autres hommes sont assis aussi, sur leurs sièges de fonction. Les têtes, parfois sous d’étranges turbans orientaux, entrent à peine dans l’individualité de l’expression. Ce n’est pas la psychologie privée qui compte. C’est bien la foule en brouhaha.

Pourtant un peu en avant de tous, en bas, entier dans une bure sombre sous un manteau rouge se tient debout un solitaire pensif. Venu droit d’une fresque de Masaccio.

02 IMG_3804

03 IMG_3768

Les autres personnages semblent de toutes provenances, certains carrément de Piero della Francesca, d’autres de quelque peintre maniériste très ultérieur. Il ne semble pas qu’une seule main a peint cette fresque tant les personnages dans leur posture diffèrent, tant les écritures varient. Une humanité en palimpseste est venue au fil des décennies se déposer sur ce mur, dans le profil et la forme de ses visages mâles, dans les lignes d’écriture qui posent de fortes déclarations, inaudibles dans le brouhaha.

04 IMG_3757

Les formes d’ensemble sont souples, les couleurs tendres et nuancées, émouvantes et vibrantes. La mer des formes, des lignes et des couleurs n’est pas en tempête, elle n’est pas agitée de puissants courants, elle n’a pas de tension qui la porterait vers quelque catastrophe. La fresque montre un vaste brassage lent et intense, souple et certain, un mouvement multiple et universel. Un mouvement masculin d’apparence mais où un long accouchement de l’humanité s’engage et va se dérouler en une ample contraction qui met la parole, la claire et abondante parole en brassage, en confusion, en reformulation profonde.

05 IMG_3787

La fresque, on le comprend peu à peu, présente le jugement de Caïphe. Qui trône au centre, nouveau grand prêtre du Sanhédrin ; à ses côtés, Anne, son prédécesseur plus expérimenté, l’assiste, sur un trône plus bas ; et Ponce Pilate, le Romain qui détient le pouvoir ultime de l’occupant, assiste au jugement dont il se dédouane. Le Christ, homme banal, seul et humble, est debout au premier plan, un peu décentré. Le peintre ou les peintres de la fresque fixent dans la paradoxale pérennité de leur très vaste image le moment indécis, bref et scandaleux où la Trinité du Père, du Fils et de l’Esprit est dépossédée de ses sièges et de ses instruments ; au moment où justement la parole se met dans le désordre du brouhaha. On reconnaît pourtant les deux parties : à gauche, parmi les anonymes Nicodème et Joseph d’Arimathie laissent lire leurs noms sur les cartouches de leurs paroles ; à droite de Caïphe, les adversaires.

06 IMG_3777

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07 IMG_3874

L’image habituellement enseigne et stabilise, elle exerce une fascination prédictive. La parole écrite en majuscules, ennoblie dans les cartouches et les phylactères, de même enseigne et stabilise, elle exerce une fascination prédictive. La parole peut même parfois se graver dans la pierre pour commémorer, pour délimiter un territoire ou lui attribuer une consécration, pour fixer, tel un décalogue, l’ordre rituel de la vie.

Or dans cette fresque aussi splendide qu’originale l’image et la parole se sont libérées vers l’autre face du monde, cachée, qui n’est pas satanique ni violente ni destructrice ; mais vers cette face du désordre généreux où le monde se reconstruit et où le dieu rajeuni par son propre sacrifice va remettre en mouvement ordonné le monde et toute l’humanité dont la moitié manque.

08 IMG_3707

Et pour l’accomplissement du sacrifice, les trois croix du Golgotha arrivent tout en haut à gauche, par le côté des amis du Christ, croix dansant dans la future harmonie de deux jours après.

09 IMG_3882

Me viennent à l’esprit les Jugement de Caïphe de Duccio à Sienne et de Giotto à Padoue. Mais surtout ceci : dans son Evangile selon saint Mathieu, Pasolini filme, avec sa radicalité tranchante et profondément humaine, le bref procès devant le Sanhédrin. Les turbans, certains visages, sont les mêmes, les rythmes graphiques du film et de la fresque se ressemblent. Mais Pasolini montre un monde dur où la parole christique se reçoit avec difficulté. La fresque de Piazza montre le débat au tribunal où les arguments devraient s’échanger. Ils ne s’échangent pas, la foule est pourtant bruyante, insistante. Car la parole humaine, dans cette fresque, s’enfonce dans la tendresse de la couleur, comme un mystère sensible.

Yves Bergeret