Dure paroi

Ces photos ont été prises par Harold Bruce le samedi 15 octobre 2022 par grand froid lors de son ascension (avec deux compagnons de cordée) de la face sud-ouest du Pic Sans Nom (3913 mètres), sommet qui domine le Glacier Noir, près de Briançon.

Dans une talentueuse mise en page, le poète Francesco Marotta donne sa version italienne de ces quatre poèmes, ici : https://rebstein.wordpress.com/2022/10/27/dure-paroi-ardua-parete/

.

1

.

Le gel.

Le centre de la nuit.

Le fracas des étoiles

qui m’écrasent les doigts.

Roche paroi montagne,

tout s’étreint

plus étroit plus dur.

.

Puis époustouflante

l’aube qui jette

en travers du ciel

le chaud drapeau de la vie.

.

.

Les mélèzes qu’enflamme l’automne

sur sept vires en pleine paroi

poussent mes cris de joie.

Même au centre de la nuit

même dans la masse minérale

la cascade est la flamme

de la bougie renversée tête en bas

que je serre dans ma paume,

que dans ma pensée je serre.

.

3

.

Je suis en trois.

L’un grimpe tout contre moi

et m’instille la ténèbre.

Un autre sue toutes les larmes de son corps

à ôter du mien les clous.

Impossible de savoir où entre eux je suis.

.

La montagne est mon bâti,

mon miroir, ma compréhension

à géantes marches

sans qu’elle me dise pour aller où.

.

.

4

.

Le vallon glaciaire

courbé plié rond

entre les deux parois

entre mes deux temps

entre mes deux tempes
.

c’est l’empreinte de la nuque et du crâne

qui se sont appuyés ici à toute force

à tout espoir

pour jeter dans l’espace encore aphone

le sens et le chant de la parole que je cherche.

.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

8 réponses à “Dure paroi”

  1. Antonio Devicienti. Via Lepsius dit :

    L’ascension des corps le long de la montagne est aussi ascension de la pensée.

  2. Catherine Reeb dit :

    La photo avec les mélèzes roux est superbe… J’ai cru un instant qu’il s’agissait de glaçons éméchés qui auraient attrapé du sable du Sahara… Mais non, ce sont bien des mélèzes d’automne ! Et les chaussures à angle droit…parlantes également.

  3. carnetlangueespace dit :

    Eschyle souffle dans quelque masque cette humble et dure parole du grand lointain.

    YB

  4. Jean-François Mathé dit :

    Dure paroi, mais quête de joie, quête de soi. Du soi qu’on devient dans l’épreuve et que l’on offre, à son terme, à l’espace de la lumière.

  5. lemaitre xavier dit :

    Enchaîné au mont aquilin, Prométhée se libère des pesanteurs du trivial.

  6. Colette Klein dit :

    Vous prenez de sacrés risques, mais quand on vous lit, on sait que le poème n’aurait pas pu être écrit sans la démesure de l’ascension, que la joie ne peut surgir que de l’affrontement, que la dure paroi est la seule voie / voix de la verticalité. Merci pour ce cadeau.

  7. Geneviève Gohin-Chignac dit :

    On reste sans voix devant ces abîmes, et les mots du poète virevoltent d’une crête à l’autre, d’un vallon à l’autre, d’une paroi à l’autre. Ils nous entrainent dans leur danse joyeuse !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :