Les mains, la roche

Poème écrit à Briançon le 16 février 2022 ; grâce au poète Francesco Marotta, le voici dans une très belle traduction italienne (dans la deuxième partie de ce « post ») : https://rebstein.wordpress.com/2022/02/22/trascinarsi-sulla-schiena-in-mezzo-al-cielo/

1

Qui veut gravir écoute.

.

2

Dans notre conversation naît la pleine lune

écoutant le bruit sourd de la marche des montagnes

dans ton avenir

et dans ma mémoire.

.

3

La montagne t’offre sa longue fissure.

Tu lis sa page gauche sa page droite.

Ton corps est leur lien.

.

4

Un nuage a posé ta montagne sur la mer.

.

5

La montagne flotte sur ta vie.

.

6

Tu plonges plus profond que la montagne

et du fond remontes entre tes dents

une joie d’or.

.

7

La montagne ne choisit pas.

Elle est.

Fruit tombé du ciel,

fruit de joie.

.

8

Le servile et l’empressé se trompent.

Bien trop libre

la montagne regarde leur talc

et le laisse.

.

9

La face solaire de la montagne

est l’arc, la voute de ton rêve profond.

.

10

La face salée de la montagne

est le balancier de tes épaules,

l’une puis l’autre, tu nages ainsi.

Dans ton sillage nage la montagne.

.

11

La montagne t’écorche les mains.

Tes mains portent la montagne

à l’incandescence.

.

12

Une prise rocheuse ne prend rien.

Elle délivre la joie.

.

13

Elle attend tes mains, la montagne,

pour chanter.

.

14

Tes mains donnent forme au vide vertical,

au destin hermétique de la montagne

qui entre dans le tien.

.

15

Qui chante dans les pas de l’autre,

la montagne ou toi ?

.

16

Tes mains s’enracinent

dans les racines de la montagne.

Chaque prise est votre fleur gémellée.

.

17

Qui prend le devant

sur le désert de l’incompréhension,

la montagne ou toi ?

Qui va devant

sur la mer omnisciente,

la montagne ou toi ?

.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

5 réponses à “Les mains, la roche”

  1. Sandrine Péricart dit :

    Les mains, la roche : il n’y a plus de distance, plus d’écart, plus le moindre interstice entre la montagne et le poète grimpeur lorsqu’avec son esprit, sans « talc » ni toc, celui-ci appréhende la montagne en toute intégrité, en toute entièreté. Chacun a prise dans l’autre, grave son signe dans l’autre, avance en l’autre.
    Voyant ce signe qui libère la joie, l’homme perdu au milieu de la face verticale du monde sent l’élan et la souplesse qui lui faisaient défaut. Prend la parole.

  2. xavier lemaitre dit :

    La montagne enfante tant d’amants,
    que la terre la jalouse
    et le ciel la convoite.

  3. Jean-François Mathé dit :

    Entre la montagne et l’homme qui la gravit, à pierres et mains nues, tendre lutte, accueil jusqu’à ce que les les deux fassent un et que l’homme, au sommet de la montagne, pose son sommet de joie.

  4. Geneviève Gohin-Chignac dit :

    face à l’océan comme face à la montagne, l’homme n’est rien. Et pourtant l’homme est tout puisqu’il sent, voit, évalue, grimpe, fait corps avec eux même à mains nues.

Rètroliens / Pings

  1. Mani e montagne | La dimora del tempo sospeso - 22/02/2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :