L’œuvre verticale      (Chartres)

En ayant passé une nouvelle journée, le 26 janvier 2022, dans le chantier de la cathédrale de Chartres…

.

Ce poème fait suite à celui écrit le 14 octobre 2021 à la cathédrale de Chartres ( Horticulture tubulures | Carnet de la langue-espace (wordpress.com) ) puis à celui écrit au même lieu le 22 octobre 2021 ( Laveur de carreaux et âme des tubulures | Carnet de la langue-espace (wordpress.com) ) et enfin à celui écrit de même le 31 décembre 2021( Le voile tendu à Chartres | Carnet de la langue-espace (wordpress.com)  ).

On lit L’oeuvre verticale dans une splendide traduction de Francesco Marotta, que voici : https://rebstein.wordpress.com/2022/02/12/lopera-verticale/

*

Arbres que l’hiver dénude,

algues immenses et frêles,

algues sombres, algues

des mondes sombres

jetées par la marée sur la plaine

jusqu’au fond des terres,

branches sans nœuds

algues sans remords.

.

Boules de gui

nids de corbeaux

algues en boules

dans le ciel.

.

.

.

Ce sont bien des hommes

qui ont, de la plaine occulte,

monté par centaines de milliers

les pierres

.

ont créé la montagne de Chartres,

les piliers, les grottes,

les voûtes, les aiguilles,

ont créé.

.

L’orgue, c’est le cerveau de la montagne

bois noir et métal

suspendus

à deux longueurs de corde du sol.

.

Puis le voile blanc

devant tout le transept sud

et sur le tissu de bas en haut

ses ombres de lignes

horizontales verticales obliques :

damier d’ombres à treize étages,

cinq cases à l’étage,

une oblique par case,

damier à soixante-cinq cases,

damier…

.

heure à soixante-cinq minutes

jour à soixante-cinq heures,

semaine à soixante-cinq jours,

mois à soixante-cinq semaines,

année à soixante-cinq mois

.

et derrière, modestes,

modestes, presque jeux d’enfant,

le bruit profond d’une foreuse,

le son grave d’une ponceuse,

le rythme d’une masse sur un bois dur

.

bruits seuls, bruits en fugue

des admirables percussionnistes mes frères

qui excavent la montagne,

qui affinent la montagne

.

bruits qui enflent,

bruits qui élargissent hanches et fémurs,

bruits qui aspirent la marée

depuis l’arrière de l’arrière de la plaine

.

bruits qui enivrent les algues

et les tissent en oiseaux noirs

en oiseaux blancs dans le ciel de Chartres.

.

.

C’est alors ici que tu grimpes,

que tu connais la montagne de Chartres,

par le nœud du cerveau de métal et de bois,

les pointes de tes pieds

juste posées sur la naissance du son,

tes talons dans le vide.

.

tu grimpes dans le corps ombreux de l’espace,

bâtisseur de vie, bâtisseur

de cette manière d’être lucide

et souriant dans le contrejour

de la conscience tragique.

.

Grand raclement de gorge,

c’est vie.

Algue c’est corde vocale,

L’océan afflue

puis se retire.

.

.

Les hommes montent les pierres

jusqu’au front du ciel gris,

jusqu’à la main du racleur

qui ponce la pierre.

.

Qui racle la pierre crée le son,

ouvre le monde

et renaît lui-même enfant

plus jeune chaque midi.

.

Carillonnent les cloches par là-bas

dans le grain du brouillard,

cognent les masses sur des poutres de bois

derrière le grand voile blanc.

.

Tes nouveaux pas

ne te font jamais tomber dans le vide.

La montagne est l’océan

que tu dresses vertical.

.

.

.

.

Chacune des soixante-cinq cases

de l’impossible immense

éphémère voile blanc

hors temps hors son hors vision

chacune dans le vide vertical

chacune plus réelle que le réel

.

Chaque case

un battement du cœur lent

puissant lent du monde humain

.

Chaque case

et son oblique

systole diastole

ton oui ton non

ton sommeil ton éveil

.

Chaque case,

souffle de ton récit,

ponctuation de chacun de tes talons

sur un alizé dru

dans le creux du ciel

.

Chaque case du récit

dont tu nais comme en été l’orange

sur sa branche en plein vent,

rebond de ton talon

haussant le vide vertical

vers l’archipel

.

Chaque case blanche

phalange de tes doigts

qui savent saisir roche et son,

qui font sonner bois et pierre

.

Chaque case blanche

voile de Véronique

portant vierge empreinte

de tes deux talons,

des dix doigts de tes mains

sonnantes.

.

Chaque case

empreinte de tes côtes

sur le suaire épique

de ton chemin de vie

au bord du vide vertical

que tu regardes, droit dans les yeux,

que tu lis, que tu vis.

.

Chaque case

soixante-cinq fois tes côtes

soixante-cinq pages

de l’aimante parole

que tu offres à tous

à tout vent

.

.

.
.
L’archipel blanc de ton souffle,

archipel vertical dans le ciel noir,

dans le corps sans âge

jeune à jamais de la montagne

.

Archipel tel est ton corps

et le corps de chacun

hérissé entre nœuds d’algues

et branches de la plaine

.

Archipel dont tu n’es que part,

lourde ou légère,

parmi tant d’autres parts,

qu’un îlot d’algues et de corail,

bâtisseur grimpeur parmi tant

de bâtisseurs et grimpeurs.

.

Ainsi sur le blanc

de la page verticale

monte le souffle

alternant de nous tous.
.

le souffle qui soulève, dépose l’espoir,

le rythme alterné

de l’humain espoir

.

.

Et si arrive l’heure du retrait

le grand voile se tend :

comme un volcan de colère

la montagne de Chartres,

comme un volcan fertile

la montagne de Chartres

d’autant plus se hausse

.

Se hausse à chaque nouvelle empreinte,

à tout nouvel élan du récit

car bâtir jamais ne cesse

.

Jusqu’à six cent cinquante cases,

jusqu’à six mille cinq cents cases

du damier du grand livre fraternel

qu’écriture, escalade, écoute,

lecture toujours en cours

dressent en plein vent

.

Dressent dans le creux des monts,

sur les crêtes râpeuses,

dans les vallon touffus

dressent, toujours recommençant,

toujours transmettant,

bâtissant tenace carène.

*

*

Yves Bergeret

*****

***

*

3 réponses à “L’œuvre verticale      (Chartres)”

  1. xavier lemaitre dit :

    Dithyrambe pour main, œil, esprit qui refleurit la nef gothique, rafraichit sa peau vénérable, relance ses arches audacieuses.
    Merci au poète du dithyrambe qui lit et écrit les « vivants piliers » comme les « forêts de symboles ».
    Ainsi l’immense membrane d’espérance révèle une « invitation au voyage » dont les croisées de tubules irriguent des cases de damier fertile et des cadrans solaires d’avenir.

  2. Geneviève Gohin-Chignac dit :

    Quelle magnifique lumière, captée par les images et par les mots ! Lumière du jour, lumière de l’esprit, temps de silence, temps de paix

Rètroliens / Pings

  1. L’opera verticale | La dimora del tempo sospeso - 12/02/2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :