Poème à Douarnenez

créé à l’encre de Chine, au lavis et une pointe d’acrylique bleu, sur cinq diptyques de Clairefontaine 180 g au format déplié de 24 cm de haut par 32, à Douarnenez le 20 janvier 2022.

Le poète Francesco Marotta le propose ici avec vigueur, clarté et luminosité en italien : https://rebstein.wordpress.com/2022/01/31/poeme-a-douarnenez/

Il fend la brume,

il libère le ciel,

le voyageur affamé.

.

Fougères dorées

désobéissantes fugueuses

sauvages.

.

*

Persévérante main

sur les cordes du violon

sur le crayon sur le pinceau

qui ne vibrent

que si l’air est libre.

.

*

Poussant ses racines sous le plomb

le chêne,

le soulevant, l’inclinant,

« prends mon bois », te dit le chêne.

.

*

Crevassées mains

sur la corde et la barre,

tavelées mains.

.

Amarres moussues,

proue rouillée,

chalut cent fois recousu,

algues à la quille,

on se forge comme on  peut.

.

*

« Allonge la carène,

déploie la charpente,

te dit le chêne.

Jamais assez beau ne sera le navire,

assez belle la demeure

pour accueillir tous nos frères voyageurs. »

.

Elle fend la brume,

elle libère le ciel,

la pleine lune

qui baise les joues salées des voyageurs.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

5 réponses à “Poème à Douarnenez”

  1. Antonio Devicienti dit :

    Excellent, cher Yves, vraiment excellent! J’apprécie les gris et les célestes qui parfaitement dialoguent avec le poème en offrant le rythme naturel de la pensée et de la lumière: de la danse qui en naît.

  2. xavier lemaitre dit :

    « Homme libre, toujours tu chériras la mer! » Charles Baudelaire
    Résistants de première heure, passeurs de liberté, pêcheurs vertueux, experts en télécommunications, authentiques artistes artisans; ce sont les modestes douarnenistes, fougères du vent, de la nuit, de la brume et des embruns.
    Ce sont les courageux et généreux douarnenistes aux larges mains jointes en carène.
    La mer est langue et espace de persévérance.

  3. françois de valence dit :

    écume oxygénée des bulles
    poète blanc salé dans l ‘horizon
    vertical

  4. Geneviève Gohin-Chignac dit :

    Le voyageur vagabonde … Ses pensées virevoltent au gré du vent, des bruits, des couleurs, des senteurs … Il pose ses émotions dans ses mots, dans ses dessins et nous invite à le suivre sur ses chemins de poésie

Rètroliens / Pings

  1. Poème à Douarnenez | La dimora del tempo sospeso - 31/01/2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :