Les pierres au bain

Ces pierres, grâce au poète Francesco Marotta, savent aussi prendre leur bain dans la langue italienne ; et voici comment : https://rebstein.wordpress.com/2021/11/23/le-pietre-a-bagno/

*

Je baigne assez souvent mes pierres.

Trois ou quatre fois l’an.

Le temps des pierres se distend beaucoup plus.

Leur bain, qu’en pensent-elles ?

.

Eau de source ou de robinet leur suffit.

Eau d’océan serait élégant, un peu grisant.

Mais mon hameau est perché trop loin.

Porter mes pierres à la plage

serait pèlerinage harassant, voire châtiment.

Qu’on me châtie encore… ah, non !

.

Mes pierres ignorent tout du châtiment.

Elles grommèlent ensemble avant crime.

Elles offrent racines à ma maison aiguë

.

Elles me semblent aussi têtues que mon front.

Derrière ou sous mon front,

l’émerveillement pour la beauté.

Hum, sous la peau de la pierre

la hache glacée du bouscatier.

.

Derrière ou sous mon front, dans son filet d’or

le paisible essaim des mots de l’accueil,

du désir, de l’espoir, de l’aérienne réplique.

Hum, sous les ongles arrachés de la pierre

le remords qui aspire le temps

et l’engloutit au fond de l’océan.

Une pierre peut faire très mal.

*

Au bain certaines pierres s’accouplent.

Ainsi peuvent-elles flotter.

Je les entends se prendre alors

pour de purs sentiments.

.

A son plongeon au bain

chaque pierre me serre la main.

Une ombre, un soupçon : un grimpeur

est précipité dans le vide par la pierre bancale

qu’il jaugeait sûre pour son escalade.

Sourire féroce juste sous le front des pierres,

peut-être des noyeuses.

.

Après le bain je range mes pierres

dans un panier noir près de mon oreiller.

Nos sommeils s’entrecroisent.

.

Mon rêve est le ciment de mes pierres

et d’ailleurs de la montagne aussi.

La montagne est noire.

.

Je n’ai encore jamais réussi à la baigner.

Elle se réserve la fonction de sépulcre

et m’attend au tournant.

.

J’ai ramassé un peu partout mes pierres.

Sédimentaires, volcaniques, métamorphiques.

De l’eau de leur bain émanent des effluves

rudes comme d’un troupeau cornu

paissant les nuages.

.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

4 réponses à “Les pierres au bain”

  1. Antonio Devicienti dit :

    Oh, cher Yves! comment je me reconnais dans cette chanson des pierres! oui, c’est vrai, oui, c’est ça: chaque pierre vit, chaque pierre contient un univers, chaque pierre possède son identité – toutes ensemble parlent à l’esprit qui sait les écouter.

  2. Colette KLEIN dit :

    Vous ne démembrez quand même pas les pierres de votre maison ?

    Mais j’aime à imaginer ce bain qui les ressource et votre poème est là pour nous le donner à ressentir !

  3. Geneviève Gohin-Chignac dit :

    Qui penserait spontanément que les pierres sont vivantes ? Elles le sont sous les mots du poète bien sûr ! Et c’est un pur régal de les écouter, les suivre et de s’identifer à leurs joies, leurs peines ou leurs colères

Rètroliens / Pings

  1. Le pietre a bagno | La dimora del tempo sospeso - 23/11/2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :