Ecureuil

Poème créé et calligraphié à l’encre de Chine sur trois diptyques de Canson 180 g au format déplié de 24 cm de haut par 32, dans un alpage de Glaise, près de Veynes, le matin du 9 septembre 2021 avant l’orage.

*

La boule de douleur

au centre de ton dos,

l’écureuil la prend,

en cinq bonds la porte en haut

de l’arbre libre.

*

Quand tu cherches silence dans le creux du tronc

inutile d’avertir l’écureuil.

Contre la violence et la bêtise

ses oreilles frémissent avant les tiennes.

Son cœur aussi.

*

Cinq bonds

l’écureuil disparaît

dans la frondaison si libre

pour te rendre la beauté de la parole

qu’en vain tu pleurais.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

2 réponses à “Ecureuil”

  1. lemaitre xavier dit :

    Vivacité du trait, du geste et du verbe
    Quel panache!

  2. PERICART dit :

    C’est très beau. Comme toujours. Je lis souvent vos poèmes qui m’accompagnent sur la voie que vous m’avez inspirée, celle de l’enseignement des lettres (et pas uniquement des poètes romantiques, soit). Avec votre accord, je le ferai lire (et regarder) aux jeunes -talents, qui sait ?
    Les poètes donnent aussi parfois à nos vies du sens. Surtout lorsqu’ils sont de votre stature.
    Merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :