Les Façadiers

Ce poème se lit en italien grâce au poète Francesco Marotta, dans une traduction belle par sa fermeté sensible et sa clarté noble. Le voici : I muratori | La dimora del tempo sospeso (wordpress.com)

*

L’orage, le dégel jettent dans la pente

les pierres calcaires aux arêtes saillantes.

Elles chutent. Jusqu’au lit du torrent. Scarifient. Tuent.

Les pierres, le torrent en son lit les roule

jusqu’à les polir arrondir en galets lisses :

alors avec eux chantent les remous.

Des mains d’il y a dix siècles

ont prélevé les galets, avec eux

ont monté des murs de maison.

Les murs chantent l’écho de la chute,

du frottement, du remous ;

la chambre est l’oreille de la montagne.

Depuis huit jours les maçons façadiers

sur les planches de leur échafaudage dans la rue

lavent au mur la face solaire de chaque galet

puis sur le mur jettent à la truelle l’enduit frais

qui les enchâsse, et voici à neuf le tympan

vibrant de mille ans de vie humaine, de vie.

La chambre est le temple où chaque aube se marient

millénaire humain et millénaire calcaire :

je salue les façadiers qui officient.

Qui l’entendra dormira dans la racine du poème.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

2 réponses à “Les Façadiers”

  1. lemaitre xavier dit :

    détachés,
    tombés, taillés,
    polis,
    lavés, levés,
    assemblés,
    mots font poème

Rètroliens / Pings

  1. I muratori | La dimora del tempo sospeso - 29/03/2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :