La Porte

Ce poème, accompagné de collages en quadriptyque sur papier Montval 250g, au format déplié de 22,5 cm de haut par 65, est du 2 février 2021.

On le lit dans une très belle traduction du poète Francesco Marotta, à cette adresse :https://rebstein.wordpress.com/2021/02/06/la-porta/

*

La porte patiente donne sur la nuit

mais tu la franchis en sens inverse et entres

sur la scène éclairée à pleins feux

où nous t’attendons, nous tes enfants.

D’une syllabe tu mets en mouvement

le grand ballet, dur et anguleux,

où la voix des mères est peut-être plus forte

que ce matin les vociférations des mâles.

Puis tu t’écartes à l’avant-scène, de côté,

laissant le ballet tourner seul, des poignards

sifflent dans l’air, un métronome grimpe

par-dessus les têtes. Une pluie

de lumière et de joie rebondit sur les planches

de la scène où le fond de ta voix,

comme une porte ouverte, résonne.

Yves Bergeret

*****

***

*

3 réponses à “La Porte”

  1. Antonio Devicienti dit :

    « Franchir la porte en sens inverse » c’est l’agir du poème: la nuit à ses épaules, il a les pleins feux de la parole devant soi.

  2. vengodalmare dit :

    Quelle délice dans votre poésie

Rètroliens / Pings

  1. La Porta | La dimora del tempo sospeso - 06/02/2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :