Malgré les guenilles (3)

Ce troisième épisode arrive lui aussi dans la langue italienne, grâce à une traduction fluide et forte du poète Francesco Marotta ; on peut la lire par ce lien : https://rebstein.wordpress.com/2020/12/16/nonostante-gli-stracci-3/

*

Les martinets ont figure humaine.

Libres, femmes et hommes sont des martinets,

sporadiques héros de la joute qui bataille aussi en moi,

fulgurants héros qui tirent le cèdre

par bonds dans le cœur du vent.

Avec leurs plumes noires et brunes ils me précèdent.

Ils ont appris depuis des siècles les cris de révolte

et encore maintenant avec moi se rebellent

contre les collines monstrueuses

qu’on les a forcé de courtiser, de remblayer.

Ils s’en doutaient, leur énergie était engloutie

dans les guenilles, les miroirs arides, les breloques.

Ils étaient esclaves, ils poussaient des brouettes

perpétuelles de boue et de gravas.

Or mes os sont devenus ligneux,

aussitôt le souffle s’est mis à les traverser,

aussitôt le souffle m’a appris

que, oui, les martinets creusent et creusent les galeries

sous les collines pour nous tous ; et soudain fusent

pour répéter dans le ciel les tracés des sentiers

souterrains ; puis disparaissent car ils creusent

encore sous les collines honteuses ;

puis jaillissent dans le ciel

et me donnent cœur à ne jamais renoncer

et m’escortent jusqu‘au cèdre ardent.

Avec les martinets je parle.

Ils donnent leurs ailes à mon souffle.

Ils traversent ma bataille.

Ils empoignent d’étincelantes visions

et me prêtent leur pouvoir d’agir

avec le sang du sanglier.

Ce sont eux qui dressent les montagnes vers le zénith

et qui avivent l’impatience vers plus de joie,

plus d’écoute, plus de paix.

Ils dressent la masse de la montagne.

Aucun pilier ne tremble. Ils érigent

l’escalier dont mes os ligneux sont les degrés

et je nomme les martinets, les héros, les degrés.

*

Yves Bergeret

*****

***

*

2 réponses à “Malgré les guenilles (3)”

  1. Antonio Devicienti dit :

    Il ne faut jamais oublier le lien entre les vers, les images créées par la parole poétique et les images créées par les poseurs de signes à Koyo et maintenant par Yves; il y a toujours une très forte énergie qui lie images et textes et qui s’exprime, tels les martinets, par des mouvements continus et vitaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :