La Grotte silencieuse

Philippe Miénnée, éditeur typographe en Bretagne, à Lanoué, écrit ceci : « IMPRESSION D’ART est une revue à parution aléatoire consacrée à un artiste de l’estampe par numéro, accompagnée par une réflexion sur l’art.

Ce numéro 2 est consacré à une artiste qui travaille l’empreinte, Maya Mémin qui a réalisé les impressions, et à un poète, Yves Bergeret, pour le poème »

L’ouvrage est au format carré plié de 28 cm de côté, sur Laurier 250 g, en 33 exemplaires plus deux en Epreuve d’Atelier, tous signés par l’éditeur typographe, l’artiste et le poète, qui ont également conçu graphisme et mise en page. La maquette et l’emboîtage sont de Philippe Miénnée.

*

On voit ici, parmi les photos de la revue, deux épreuves préalables de Maya Mémin.

*

On peut se procurer l’ouvrage (33 Euros, plus frais de port) chez l’éditeur en lui écrivant à son adresse postale (4 les Salles, 56120 Les Forges de Lanoué) ou à son adresse mail : philippe.miennee@hotmail.fr

*

On lit à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2020/11/14/la-grotta-silenziosa/ la version italienne de ce poème grâce à la traduction claire et architecturée du poète Francesco Marotta.

*

Le dialogue de création entre Maya Mémin et moi a commencé il y a trente ans, sans jamais s’interrompre. Nous avons souvent exposé ensemble en Bretagne et à Paris et réalisé sur ses presses à Rennes maint livre de bibliophilie. J’ai toujours senti et compris le travail de Maya Mémin, grâce à la virtuosité de la couleur estampée, comme la trace de lumière qu’offrent l’espace, le monde et la vie en leurs grandeurs et leurs trébuchements, leurs libertés et leurs profondeurs et que Maya Mémin recueille et dépose sur le papier en tournant la large roue de sa presse.

Philippe Miénnée en nous réunissant pour sa revue nous offre de faire entendre comment une œuvre n’est sûrement pas le fruit d’une délicatesse mordorée de quelque âme toute en intériorité et en retrait loin du monde ; elle est au contraire une question sans concession sur l’impression que le monde en travail difficile imprime sur notre corps et notre pensée, une question sur l’impulsion que nous aimerions imprimer au mouvement de la parole et de la vie en cheminement dans le monde, une question sur l’impression simplement humaine que nous aimerions suggérer à nos sœurs et frères de cheminement, tenaces et libres bâtisseurs comme le typographe et comme nous .

Yves Bergeret

1

Sa tête est la grotte silencieuse

2

Ses yeux grand ouverts regardent en son propre dedans.

Regardent quoi ?

3

Qui roule la brume sur la pente sombre de la montagne ?

Qui appuie le nuage sur la montagne ?

4

La mer, oui, sait entrer dans la grotte silencieuse là-haut.

Elle lèche ses parois.

Sa langue laisse le sel.

Le mouvement de l’eau,

la langue de la mer

et le sel qui crépite

c’est son langage

ou sa pensée,

ces grappes de petits fruits salés

qui lui viennent du bout du monde

et indiquent qui il est.

5

S’il regarde au-dedans de sa grotte silencieuse

il évapore presque l’horizon et les archipels au-delà,

il ausculte une chose qui gonfle là-dedans 

et finit par donner une certaine lumière :

c’est l’image, encore l’image, en croissance l’image

qui est l’empreinte nostalgique

de l’horizon perdu.

6

C’est lui qui appuie le nuage sur la crête.

Aucune phrase, aucune fumée,

aucune lueur ne devrait, rêve-t-il, s’échapper

de sa grotte sommitale

par précipitation.

7

Sa grotte est la partie haute de la montagne,

la partie avouable du labour,

du labeur.

8

C’est lui qui roule la brume

sur la pente des mélèzes.

Aucune larme, rêve-t-il, aucun cri de bête,

aucun froissement de lichen

ne devrait faire trébucher

même un tant soit peu le souffle de sa grotte.

9

Sa grotte est capable d’aspirer jusqu’à la crête

la marée haute.

La grotte a appris à le faire

au fil des millénaires.

En se retirant la mer

laisse l’empreinte de l’art,

la couleur dont la trace mélancolique

luit au plafond de la grotte,

elle laisse l’épopée de quartz sous le surplomb,

l’image, l’image et puis l’image,

l’algue erratique de l’horizon.

10

S’il sort prudent de sa grotte

il perçoit au piémont la discussion confuse des rameurs

indécis sur le cap.

Chacun se revendique un îlot.

Il demande au vent de sa grotte de proposer, disposer

les îlots en archipel et les répliques en récit.

Je les lui demande.

11

La grotte silencieuse peut-elle être féconde ?

Peut-elle être parturiente ?

L’art est-il un nourrisson viable ?

En haut de la montagne

où il remue avant de naître ?

Y aurait-il des fumerolles ?

12

Il fait rouler sa silencieuse grotte

vers le bas de la pente.

Certes il malmène un peu la mer archaïque

et contrarie les rameurs idéalistes

mais d’abord dans l’amoureuse vallée

sa grotte accouche de très viables oeuvres

et le sel de l’infini

donne de l’âme à tous

même aux rameurs à la dérive

et au vieux marin qui appuie son menton

sur une canne patinée de sang à peine coagulé.

*****

***

*

3 réponses à “La Grotte silencieuse”

  1. Hilfiger Nicolas dit :

    Magnifiques sont ces attributions poétiques et artistiques, ici, ce n’est pas la larme qui tombe mais bel et bien la césure précieuse qui forge le sens.

  2. lemaitre xavier dit :

     » La Grotte Silencieuse  » retourne la peau morte de la caverne platonicienne.
    Un rai de soleil dessille les yeux vifs de l’ancien captif.
    Les leurres s’évanouissent.
    L’assis se lève.
    La parole se dresse:
    écho de mémoire,
    projet d’action,
    programme de création,
    espace en partage.

Rètroliens / Pings

  1. La grotta silenziosa | La dimora del tempo sospeso - 14/11/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :