Prométhée caillou

Poème en quatre parties, créé en double exemplaire avec collages et encre de Chine par Yves Bergeret à Briançon du 12 au 16 septembre 2020, sur quadriptyques de Fabriano Rosaspina 280 g en format déplié de 17,5 cm de haut par 100 et de Canson Montval 280 g en format déplié de 25 cm de haut par 65 cm.

*

Ce poème se lit en italien dans une version très active et tonique, que l’on doit au poète Francesco Marotta et que l’on trouve à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2020/09/18/prometeo-pietra/

*

1

Je dors dans la chambre des trois Titans.

J’ai choisi le lit près de la fenêtre.

La montagne entre par la fenêtre.

« Va dormir de ton côté, lui dis-je.

Je ne suis pas un Titan.

Un caillou farouche, voilà ce que je suis. »

*

Du temps présent je suis un fils,

en somme une ombre rocailleuse.

La montagne appartient certes au temps présent

mais nourrit les temps mythiques

au moins par ses veines de quartz.

*

Elle sait marcher sur deux jambes asymétriques

avec un bruit menaçant d’os d’ivoire qui se froissent.

Elle sait voler la nuit en silence.

**

A l’autre bout de la sixième chaîne de montagnes

Alaye dort devant la mer dans la chambre d’Ulysse.

Il n’a pas encore d’Ithaque.

La violence entre par la fenêtre.

« Va dormir de ton côté, lui dit-il.

Esclave je n’ai jamais été et jamais ne serai. »

La violence pue. Putréfie. Contamine.

*

Une pirogue insubmersible, c’est Alaye.

Du temps présent lui aussi est un fils.

La violence meut ses tentacules depuis le passé

jusqu’au présent. Ulysse usa de la ruse

et de la lance contre elle.

Qu’insubmersible soit la pirogue à proue-parole.

*

***

2

La montagne remet les dieux à leur place,

dans un trou sous le glacier.

Ils s’y chamaillent puis congèlent.

Quant à nous, il est grand temps que nous parlions.

*

La montagne scie en long et en large

les âneries et les dogmes.

Le vent en scie en long et en large

troncs et branches.

*

La montagne est le nom moderne de Prométhée.

Quant à nous, il est grand temps

que nous le remercions à nouveau,

le vigilant à la langue bien pendue,

et dégagions nos mains

aussi libres que les siennes.

***

3

Des forêts envieuses

assiègent la montagne.

Elles moisissent.

Le torrent les fend de son incendie de joie.

*

La rancœur grogne à midi.

Le torrent l’avale la dilue.

Pluie sera.

Humaine.

*

Nuage, merci

et à son petit frère le torrent

qui tire la vie du côté de la compréhension.

Joie gicle.

A Prométhée sur la cime

mon beau, mon fier nuage porte la clef.

***

4

Combien de langues sont parlées

dans la chair de ma montagne ?

Douze.

*

Je dors dans la chambre des trois Titans.

Un vent glacé passe sous la porte.

Ile cherche la treizième langue,

la langue solaire des Titans

dont Prométhée génère la syntaxe.

*

Les Titans dorment ailleurs depuis une minute éternelle.

Et moi, caillou farouche, je donne au vent

les récits courts, les fracassantes métaphores,

les petits cristaux aussi irréductibles

que la volonté de Prométhée.

*

Moins glacé le vent retourne vers les étoiles.

Chaque étoile est un cœur humain

qui répond des vigilants dormeurs éveillés de la chambre

que visitent la montagne volante et le vent cisaillant.

*

***

**

*

4 réponses à “Prométhée caillou”

  1. Antonio Devicienti dit :

    …le mythe qui, vivant et agissant, embrasse le passé et le présent, en liant les nouveaux Ulysses d’aujourd’hui avec les héros et les titans du plus ancien mythe méditerranéen…

  2. Nicolas Hilfiger dit :

    Oui, chez Y. Bergeret c’est l’espace qui est ontique; de par sa poésie 1, véritable mise en  » Chant des vivants « , de par son empirie 2 ( dans son rapport au monde ) et enfin son art de plasticien qui lie et fait sourdre  » coupons, signes-signatures, ponctuations , prédicats des êtres, insolences du papier ».
    Dans ce poème particulièrement il donne à voir sa puissance de synthèse historiale.

Rètroliens / Pings

  1. Prometeo pietra | La dimora del tempo sospeso - 18/09/2020
  2. pagine che amo - 25/09/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :