Poèmes de Poyols, avec Xavier Lemaître

Poèmes créés dans le lit du torrent de la Béous, à Poyols, près de Die le mercredi 9 septembre 2020 par Xavier Lemaître et Yves Bergeret, avec des collages de ce dernier sur des quadrityques en double exemplaire de Rosaspina Fabrinao 280g au format horizontal déplié de 17,5 cm de haut par 100 cm.

Ces poèmes se lisent en italien grâce à une traduction limpide et lumineuse du poète Francesco Marotta, à cette adresse :  https://rebstein.wordpress.com/2020/09/11/poemi-di-poyols/

*

1

A dix doigts du ruisseau,

boue grise porte les empreintes

du chevreuil assoiffé.

Eau folle emporte l’appel.

Feuilles frémissantes du jeune peuplier

dégrafent le corsage bleu du ciel.

De tous la libellule présuppose

l’accord et le mouvement

et porte à chacun le paraphe de tous.

*

La peau fripée de l’éléphanteau

je la reconnais dans l’écriture des pierres,

des pierres que certains aux époques de foi fiévreuse

tranchent et taillent aux tympans

des chapelles pour que le barrissement réveille tout.

YB

*

La pyrale du buis

Orion sacrifie bois sacré.

La chrysalide filée par la chétive chenille est brisée.

Le papillon spectral a brûlé le buis nourri d’eau, de terre, de soleil.

Le métamorphosé vit, tue, se reproduit …

XL

2

L’empreinte

La trace pose et pèse, nomme et raconte l’animal.

Une femelle chamois et son petit se sont désaltérés.

Un sanglier s’est vautré.

Un carnassier a passé le gué.

*

Le pas, la bauge font signes.

*

Le ruisseau nourricier ouvre ses marges aux récits de la nuit.

*

**

Dans la nuit des temps, des mains inversées

inventent l’art pariétal.

XL

*

La peau fripée de l’éléphant

– ou le savoir géologique que le vent

tâte de ses doigts gantés dans le creux des falaises.

*

La peau fripée de l’éléphant

– ou la partition nerveuse

que la libellule inlassable reprend

à ras de la boue grise.

*

**

Vent d’altitude avec rage cherche

ce qu’à la même heure vent de fond de vallon

cherche en sens inverse,

tous deux vents flaireurs cherchant à l’odeur

où gratte démange la ride-mère

de la peau fripée du jeune éléphant.

Démange pour dire quoi ?

*

Ses rides sont tes portées, chant des pierres !

YB

*

***

3

Par temps de forte humidité

voilà que la peau de l’éléphant bourgeonne

en masses bavardes de nuages.

*

Par temps d’après pluie où l’air est limpide

voici que nos montagnes ne cachent plus

qu’elles sont la peau ridée de l’éléphant

qui traverse les mers et les guerres

en laissant traces aux genoux et aux coudes

des non-endormis qui arpentent les crêtes

et sculptent les tympans des chapelles.

*

**

Je dors sur mon lit de galets.

Le peuplier en frémissant rit de moi.

Un nuage minuscule s’évade par la gauche.

La falaise et la crête enfoncent sous mes vertèbres

la racine de leur altitude héroïque.

YB

*

Polissages

Des arbustes plongent leurs racines dans l’eau et offrent leurs feuilles à la lumière.

Les racines font refuge, les feuilles chantent aux vents.

*

Des percussions cristallines sur les pierres polies en galets battent le rappel des résurgences d’altitude.

Un crescendo ou un simple soupir du débit modifie la mélodie et réécrit la partition.

*

Comme la libellule sillonne la surface de l’eau pour en contrôler le cours, d’autres insectes la brassent pour le ralentir.

*

Les trilles des mésanges prédisent le nouveau cycle vespéral.

*

Le soleil s’incline lentement derrière un rideau d’arbres sur la montagne.

*

D’ultimes rayons se glissent pour caresser le haut des galets façonnés et déposés par l’eau.

Les pluies ont ravivé le ruisseau presque tari.

Les prochaines crues rendront au petit pont de fer, légitimité et dignité.

*

Au fil de l’eau, chaque être vit et s’affranchit !

XL

*

***

***

**

*

2 réponses à “Poèmes de Poyols, avec Xavier Lemaître”

  1. Geneviève Chignac dit :

    Deux amis se retrouvent et créent pour notre plus grand plaisir ! Avec la poésie, « chaque être vit et s’affranchit » !

Rètroliens / Pings

  1. Poemi di Poyols | La dimora del tempo sospeso - 11/09/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :