Vallée intrépide

La haute vallée de la Drôme, du col de Cabre à son extrémité est jusqu’aux collines de Crest à l’ouest offre sans cesse des résurgences de parole et de joie, résurgences surprenantes et intenses. Vallée principale autour de la rivière et vallons annexes silencieux aux vifs torrents, vallée et vallons aux multiples expériences néo-rurales actuelles, terres reculées où les guerres de religions du seizième siècle ont permis de maintenir une vie spirituelle variée avec un profond respect non pas pour la force violente ni envers le pouvoir, mais pour la pensée et pour le livre ; et toute la vallée a été récemment terre de très active Résistance. Elle s‘honore actuellement d’accueillir de nombreux jeunes migrants du Sahel et du Proche-Orient et de favoriser leur formation professionnelle.

Dans un monde brutal d’omerta féodale, de nivellement, de marchandisation il est important et réconfortant de voir resurgir régulièrement dans cette vallée des documents d’une haute valeur humaine, artistique et éthique, documents qu’on aurait pu croire perdus dans le passé. Il y a presque un an je faisais part aux lecteurs et lectrices de ce blog de la renaissance en plein lumière du Devoir de Violence de Yambo Ouloguem et de documents d’Aragon de l’époque de la Résistance, chez Nadine Thuilier, la bouquiniste du marché de Die ; à la même époque je découvrais chez un brocanteur de Die, Sassi, une très rare figuration du Jugement de Caïphe : https://carnetdelalangueespace.wordpress.com/2019/10/09/huis-clos-sediments-bancals-et-trait-qui-nomme/ (en particulier la onzième partie, intitulée Le huis clos, l’éruption).  Ce sont tous des documents de résistance et de dialogue.

Les bibliothèques privées, petites ou grandes, de la vallée sont loin d’être des « îles désertes » de rêves narcissiques. L’humanité dont le flux sédimente sans fin sur les bords de la rivière a fait apparaître ces jours-ci deux éléments surprenants.

Chez un autre brocanteur, une « première édition » entièrement gravée à l’eau-forte de réductions pour piano à quatre mains des quatre premières symphonies de Beethoven par Czerny, peu d’années après la mort du premier. Et cet ouvrage témoin d’une plus haute vigilance de la pensée humaine a vécu et vit au bord de la Drôme…

Et encore ailleurs, chez Belkacem Sassi, je trouve ce samedi un porto-folio de fac-simile en très haute qualité faits en 1967 de dessins italiens du Louvre, Mantegna, Leonardo da Vinci, Andrea del Sarto… ; et d’ailleurs un étonnant dessin où Tiziano nous plonge dans le tumulte de la Bataille de Cadore. Or ce porto-folio est une édition très limitée faite essentiellement pour quelques professionnels des grands musées classiques ; cependant les sédimentations historiques de la vallée de la Drôme en ont protégé un exemplaire qui a resurgi il y a quelques jours…

Je mets au mur chez moi un dessin de ce porto-folio, une esquisse de Michel-Ange pour un « esclave » qu’il va sculpter ou pour un ressuscité du mur du fond de la chapelle Sixtine ; au dessus de lui est déjà accrochée une plaque de fer peinte par le « captif » Soumaïla Goco Tamboura au Mali en 2008, où il a figuré en bleu, rouge et blanc le grand « esprit » de la montagne au pied de laquelle il vit. L’« esprit des captifs », c’est-à-dire des esclaves, soulève à bout de bras au dessus de sa tête une sorte d’échelle massive qui, m’a dit Soumaïla Goco, est la figuration de la montagne, de toute montagne.    

Yves Bergeret

3 réponses à “Vallée intrépide”

  1. carnetlangueespace dit :

    Si vous lisez la langue italienne, je me permets de vous recommander vivement de lire l’article lumineux d’Antonio Devicienti (https://rebstein.wordpress.com/2020/07/06/risorgenza-resistenza-vigilanza/) sur cette démarche, la mienne, de « lecture de la langue-espace » de la haute vallée de la Drôme dont témoigne l’article ci dessus,  » Vallée intrépide ».
    Bonne lecture !

    Yves Bergeret

  2. Geneviève Chignac dit :

    Terre de résistance, de la Résistance, terre de valeurs humaines, terre d’accueil et de générosité, terre qui nourrit l’esprit, terre qui offre tant de facettes propres la réflexion et que je découvre sous la plume du poète. Merci Yves !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :