La Maquette (6 La pierre-ciel)

Ce sixième épisode de La Maquette, épisode du temps suspendu, se lit en italien dans une traduction ample et méditative du poète Francesco Marotta, à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2020/05/15/il-plastico-6/

 

YB

 

 

 

Ni l’architecte ni moi nous ne savons

d’où vient la cinq-millième pierre

de la chaussée inclinée.

Impossible de le demander au tailleur de pierre :

il a disparu.

 

Les arbres de son échafaudage qui va jusqu’au

ciel sont démontés. On les scie en planches.

Elles feront le bois des portes, des volets,

des planchers. Dans les maisons simples,

elles feront les marches des escaliers.

Elles feront des lits et des tables

après le ravage des tempêtes.

 

La cinq-millième pierre est cubique.

Sa couleur, impossible de la comprendre.

Son grain, impossible aussi

à tout point de vue. Sa matière est au-delà

et au dehors. Mais son emplacement

est clair. On l’a encastrée au centre de la chaussée

entre des pavés bleus, sûrement complices,

très réguliers, à cette hauteur dans la pente

de la chaussée où tout le monde

pour reprendre souffle fait halte, s’assied

par terre, les enfants, les portefaix, les conducteurs

de mulets, les chauffeurs de poids-lourds.

Et même les charges de chantier

à demi vivantes au bout de leurs câbles.

Car c’est là, à ce moment du geste et du mouvement,

que les femmes à grave voix cessent,

un instant qui semble perpétuel, de chanter.

 

Puis le chant reprend,

et le lent mouvement de la vie reprend.

 

S’allongeant au sol à peine après l’aube

avec la tête au bord de la cinq-millième pierre,

de très près, on voit qu’elle est transparente.

 

On voit dans elle, par elle, comme elle.

Elle est une petite fenêtre ouverte

sur un ciel concret, d’opale et d’ivoire.

En bas de ce très familier ciel minéral

brille un petit rameau d’or.

C’est Virgile qui l’a posé là

puis qui a durci le ciel, a minéralisé l’air

et s’en est allé, quittant sans se retourner

la carrière où lui aussi a taillé dans la roche.

 

Allongé la tête très proche de la pierre

on entend le silence.

La suspension des tempêtes et du vent,

la retenue des litanies et des cris,

l’aspiration de la parole de la parole

avant qu’elle ne bondisse et ne libère chacun.

 

 

 

*

 

 

Ce matin j’apprends ceci :

c’est l’oiseau aux immenses ailes

qui avait pris la main de l’architecte

et l’avait fait planer très près de la maquette,

c’est lui qui a apporté la cinq-millième pierre

de la chaussée inclinée.

 

La carrière où Virgile a taillé ce pavé

se trouve dans le ciel.

Dans cette partie de lui-même où le ciel

à la fin de la nuit prépare les couleurs de l’aube

avant de les lâcher vers le haut.

Elles montent lentement, se diffusent

comme des brumes inspirantes, comme des vapeurs

pour de salvatrices inhalations.

S’il y a quelques nuages s’étirant, se réveillant

en silence, il arrive, mais c’est très rare,

qu’un de ces nuages devienne oiseau.

Oiseau : intense intuition créatrice.

Puis l’intuition disparaît dans le premier rayon

chaud du soleil.

 

Voilà comment est venue la cinq-millième pierre.

L’oiseau l’a vue, l’a enlevée, a volé,

a volé loin, a volé.

Dans son bec l’oiseau aux ailes immenses

a perçu son goût d’algue, de mandarine

et d’amande. C’est le message de Virgile.

Un oiseau aux très grandes ailes

est-il vraiment le seul à le saisir ?

Le message dit d’abord « qui veut gravir écoute »

et ajoute : « encastre-moi au centre

car le centre est le lointain.

Il n’y a de centre qu’accueillant. »

 

 

 

*

 

 

*

***

*

 

 

 

Rètroliens / Pings

  1. Il plastico (6) | La dimora del tempo sospeso - 15/05/2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :