La Source thermale près de la mer

 

 

 

Les poèmes et proses de la Catégorie Architecte, sur ce blog, font partie d’un dialogue de création entre l’architecte italien, de Venise, Dario Lo Bello, et Yves Bergeret, poète lecteur d’espace. Ce dialogue de création prend en particulier depuis trois mois la forme d’un atelier de travail (en alternance à Paris et à Venise, pour le moment) afin de concevoir et de construire un établissement thermal, remettant en « vie thérapeutique, culturelle et anthropologique active » une source d’eau chaude minérale dans le sud de l’Italie. Cette source donnait lieu à une intense activité thermale animiste dans l’antiquité gréco-latine ; cette activité a été reprise pendant quelques décennies en particulier lors de la vogue naissante des bains thermaux ou marins vers la fin du dix-neuvième siècle mais avait fini par s’assoupir.

 

Le processus culturel paramédical de la cure thermale mérite une approche renouvelée et réouverte, que ici l’architecte et le poète proposent ; ils aimeraient parvenir à une réelle densité poétique dans l’espace construit, densité proche de celle, admirable et dans le tout autre registre, lui méditatif et sensoriel, des Thermes de Vals, bâtis par Peter Zumthor, dans les Grisons en Suisse.

 

Les poèmes et esquisses ici publiés font partie des étapes de réflexion vers la création de cet établissement thermal du sud de l’Italie.

*

On lit en italien l’ensemble de cette publication, traduit avec autant de sensibilité que de profondeur humaine, par le poète Francesco Marotta, à cette adresse :  https://rebstein.wordpress.com/2019/12/22/la-sorgente-termale-vicino-al-mare/

 

***

 

 

 

 

 

1

 

39 aphorismes

écrits sur un petit carnet le 10 décembre 2019 par le poète

et que celui-ci a remis à l’architecte.

 

 

1

L’enfant est le mystère promis à la source.

Il est son regard vertical

qui marie la pierre et l’eau.

On pourrait même l’appeler le fils du vent.

*

 

2

Le vent allège l’homme de la plaine.

Le vent libère l’homme du rivage.

*

 

3

La vie attise la vie, la vie attend le vent.

*

 

4

Le rêve est à l’angle de la source.

*

 

5

La source est ma profonde fenêtre ouverte.

*

 

6

J’aime la pierre et l’herbe

que le vent marie.

*

 

7

Près de la source j’entends le baiser de la pierre.

*

 

8

Toute pierre tourne dans mon cœur,

dit la fontaine.

*

 

9

Fontaine, tourne ma douleur,

mes hanches aussi,

sur un chariot d’or.

*

 

10

Fontaine ou source, je n’ai jamais fini d’entendre

jusqu’à l’aube le chant de ma mère.

*

 

11

Silhouette et reflet, l’eau descend par mes épaules,

chevelure dénouée, mains libres.

*

 

12

La porte est lavée, le vent brille.

*

 

13

La porte est lavée, c’est le vent qui chante ce bonheur.

*

 

14

La porte est sensible, le vent n’oublie jamais

le bonheur, la guerre s’enfuit.

*

 

15

L’enfant est le mystère que promet la source.

*

 

16

L’enfant incline le donjon

et lui donne porte et balcon de théâtre.

*

 

17

J’aime le sol et le toit que le vent marie.

*

 

18

Au balcon, j’allie l’espoir et le ciel.

*

 

19

Vent, mon robuste ami.

Source, ma citadelle d’amour.

*

 

20

Source, ma propre espérance,

ma ville aiguë à mille fenêtres amoureuses.

*

 

21

Source glacée, ma tarentelle.
Source tiède, mon ombre de vie riante.

*

 

22

Ici la vie me prend en considération

et m’associe au pacte du vent et de l’eau.

*

 

23

A l’aimante vie je réponds

et bâtis l’instable.

*

 

24

A chaque étage de ma vie la source est venue

dans un salut et un dialogue : ombre amicale.

*

 

25

Tendres visiteuses en toute saison

discrètes vaguelettes près de la source,

apprenez-nous le chemin du dialogue.

*

 

26

A chaque gorgée d’eau de la source

un théâtre de rédemption enchante

ma mémoire et ma gorge.

*

 

27

Peut-être une jarre d’eau de la source,

peut-être un ruisseau de nostalgie et de joie

de ma gorge à ma taille.

*

 

28

Chaque pierre de ma maison est une gorgée d’eau

du bonheur que je te donne.

*

 

29

A la fontaine on se parle.

*

 

30

J’ai vu que le vent incline sa tête vers la source.

*

 

31

La maison entoure le bonheur,

le vent essaime le bonheur,

la source habite en haut du toit.

*

 

32

Prudence, mon robuste ami le vent,

n’assèche pas la source !

*

 

33

Vent, fils de la source, lance un pont

entre eux et nous !

*

 

34

Dans la source le vent, oui,

m’a montré ton miroir.

*

 

35

Près de le source le vent m’a dit

comment respirer,

je marche près du bois mystérieux.

*

 

36

J’ai marché au bord du bois sacré

où chaque pas est une gorgée d’eau des dieux.

*

 

37

Ma maison sera mon plus beau sommeil,

notre fontaine sera somptueuse et sombre

comme le chant du vent à minuit.

*

 

38

Mon corps est double âme,

le vent de minuit, l’eau de midi.

*

 

39

Mon corps t’attend, double âme,

double belle porte,

pierres lavées dans la source.

 

*

 

2

 

 

Marchant vers la source thermale

 

 

Poème en quatre strophes créées en exemplaire unique par Yves Bergeret le 12 décembre 2019 sur papier chinois à double épaisseur 220 g, chaque strophe sur un diptyque ou un triptyque de 21 cm de haut par 16 par volet, avec collages (entre autres, cartes géographiques de 1818 et 1880, minute de notaire de 1567, dessins d’architecte imprimés sur calque en 1970 et enfin photos de peintures rupestres de Namibie), encre de Chine et acrylique.

 

 

1

 

 

 

 

En suivant le ruisseau

j’ai trouvé le chemin

où j’avais laissé mon enfance.

Je marche dans le ciel.

Toutes les herbes que mes jambes écartent

sont mes oiseaux du matin.

 

 

2

 

 

 

 

Ma silhouette et moi marchons en paix.

Je marche moins voûté.

Le vent du repos caresse mes arbres

ou est-ce le chant de la source ?

 

 

3

 

 

 

 

Une forêt pousse dans mon corps.

Mes pas résonnent dans la futaie.

Dans ma main le rameau d’or

ne tremble pas.

 

 

4

 

 

 

 

Source mon amie,

dis-moi ce qu’a rêvé le dieu

qui a pétri l’argile.

 

 

*

 

Puis ces quatre strophes en forme de récit d’une déambulation lustrale amenant jusqu’à la source thermale sont reprises le 14 décembre 2019 ; en écho de ces strophes l’architecte dessine au crayon et au pastel les esquisses-matrices de quatre lieux du parcours futur des curistes dans l’établissement thermal, l’entrée-accueil, deux couloirs avec larges baies vitrées donnant sur un paysage boisé, l’espace devant la source ; ensuite le poète compose les quatre brefs poèmes ci-dessous et les écrit directement sur les esquisses-matrices ; ces brefs poèmes pouvant être plus tard écrits en grand format et en italien sur les murs de ces quatre lieux.

 

 

 

 

1

 

 

 

 

Bienvenue, dit la source, à toi qui portes une douleur,

bienvenue, viens en marchant à ton pas.

Remonte le cours de mon eau,

viens trouver dans l’éclat de ma lumière

la jeune flamme de ta vie,

astres intimes du même ciel.

 

 

2

 

 

 

 

Avance, je te prie, haute est ta vie

comme la marée salée du monde,

avance, toi qui as porté une souffrance

grâce à l’iode et au sel.

 

 

3

 

 

 

 

Mille branches, cent rayons de soleil,

heureuse brume blanche,

tout sourit à ton léger rameau d’or,

qui est le fils de ton âme.

 

 

4

 

 

 

 

Ecoute jubiler doucement la source,

écoute tes pas encore humides

remonter vers le sable sec et la paix de plein vent.

 

 

*

 

 

 

 

 

 

*****

***

*

 

 

 

 

 

4 réponses à “La Source thermale près de la mer”

  1. Antonio Devicienti dit :

    Il s’agit d’une manière vraiment efficace, humaine, ouverte, opposée à toute tendance stérile et narcyssique de concevoir la poésie, l’architecture, l’histoire culturelle et sociale!
    C’est un projet (MAGNIFIQUE!) cohérent avec tout ce qu’on peut lire, apprendre et apprécier sur ce blog.

  2. Michel dit :

    Quelle chance de vous être trouvés et de former une cordée si complémentaire, rayonnante et fructueuse !

    Je me permets une modeste contribution, expérience de plongeur autorise :
    Pénétrant la mer,
    eau douce crée le trouble,
    libère l’essence

    mais j’ai quelque doute sur la bonne orthographe, …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :