Cinq danseurs, vache, chat et couple ( trois dessins de rêve arméniens)

 

Chez Sassi, le brocanteur du village, j’ai trouvé trois dessins au stylo à bille. En bas de chaque feuille A4 :  la date 1961 en chiffres arabes, une signature deux fois en alphabet latin et une fois en alphabet arménien, et en langue et alphabet arméniens la mention « j’ai fait ce dessin comme je l’ai vu dans mon rêve ».

Et j’ai accompagné chaque rêve d’un poème à Veyne le 24 octobre 2019 avec sa calligraphie en format A3 sur Fabriano Liscio 250g à l’encre de Chine et à l’acrylique.

Car le rêve sait parfois traverser les mers sombres de la mémoire et tutoyer leurs tempêtes.

 

Yves Bergeret

 *

Les poèmes de ce triple rêve arménien se lisent en italien dans une traduction vive et brillante du poète Francesco Marotta, à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2019/11/18/tre-sogni-armeni/

*

 

 

1

 

 

 

 

J’ai vu qu’à l’herbe aussi

la vie sait donner sa voix.

Drue l’herbe ambiguë pousse

aussitôt jusqu’au zénith.

Un chat dressé sur ses pattes arrière

tète le pis de la vache énorme

que gardent nos ancêtres

en plein milieu de la pâture.

La vache est le passé, monstrueux, abusif,

et le chat le tire par le pis

vers les enfants qu’auront nos enfants.

L’herbe dit « courez, courez plus vite,

avant que le passé et moi ne vous étouffions ».

 

 

 

 

 

2

 

 

 

 

J’ai vu de profil

le couple impossible, assis princièrement,

entouré de courtisans debout.

Il écoute le message étranger

qui n’arrive pas à entrer dans le dessin.

Il faut au couple du cérémonial exotique

et de l’affabulation pour ne pas mourir

dans la dévotion réciproque,

je veux dire dans la dévoration réciproque,

couple littoral noir

avec des écueils tombés d’une ciel de haine.

 

 

 

 

 

3

 

 

 

 

J’ai vu les silhouettes de cinq danseurs

en haut de la montagne.

La montagne est toute pliée

car elle tient difficilement sur la feuille.

Au centre de la montagne un lac.

Dans le lac, le reflet d’un péristyle grec.

Les danseurs à force de piétiner ces rites coinçant

en exhument de l’humanité.

 

 

 

*

*****

***

*

5 responses to “Cinq danseurs, vache, chat et couple ( trois dessins de rêve arméniens)”

  1. dario lo bello says :

    I disegni sembrano cuciti da la mano di un sarto.
    Il filo del tempo è nelle trame di questi disegni.
    Il sarto posa su questi personaggi la tela che rivela la forma del loro spirito, esattamente come un sogno posa l’immagine sul nostro inconscio.

    • carnetlangueespace says :

      Traduction du commentaire de Dario Lo Bello :

      Les dessins semblent cousus par la main d’un tisserand.
      Le fil du temps se trouve dans les trames de ces dessins.
      Le tisserand pose sur ces personnages la toile qui révèle la forme de leur esprit, exactement comme un rêve pose l’image sur notre inconscient.

  2. Memin maya says :

    J’adore! tout…le lieu du rêve, la mixité culturelle, la dualité Yves-dessins originels, traits à l’encre & stylo bille,et les mots! Maya

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :