L’Orage après l’aube m a i s Explosion

 

Ces deux poèmes se lisent en italien dans une très dynamique traduction du poète Francesco Marotta (avec un commentaire en italien de celui-ci), à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2019/09/10/lesplosione/

 

 

L’Orage après l’aube

 

 

Poème en trois parties sur trois diptyques (en trois exemplaires chacun) de papier tchèque Aqvarel 280 g, de format 29,7 cm de haut par 42 cm, créé à l’encre de Chine et à l’acrylique par Yves Bergeret, à Veynes le 28 août 2019.

 

 

1

 

 

 

 

L’orage a choisi ma maison

pour s’acclimater.

 

Il l’a choisie parce qu’elle est une montagne.

 

Allez, vieux bougre,

tu ne t’acclimateras jamais.

C’est pourquoi je suis ton fils.

 

2

 

 

 

 

L’aube est arrivée

par le côté, sans un mot,

même la porte du jardin n’a pas grincé.

 

Les arbres à leur tour se sont juste un peu baissés

pour passer sous elle

et aller voir notre montagne en bas,

violette comme la mer.

 

 

3

 

 

 

 

Au tronc du jeune chêne

s’enlace l’écho (c’est une fille)

du tonnerre derrière la montagne.

 

Fourmi aux rides de l’écorce,

grêlon futur,

grandit comme un corsaire

l’arbre.

 

Une bourrasque

rebrousse les feuilles du chêne

dans l’autre sens,

mais on ne refranchit pas

la porte de l’aube.

 

 

***

 

 

Explosion

 

 

Le 2 septembre 2019, une mine explose sous un car de voyageurs sur la vieille piste goudronnée, défoncée, entre Douentza et Hombori, dans le nord du Mali ; à mi distance des deux bourgades l’extrémité nord de la montagne de Koyo surplombe cette route. Au moins huit voyageurs sont tués.

 

En réponse voici ce poème en trois parties sur trois diptyques (en trois exemplaires chacun) de papier tchèque Aqvarel 280 g, de format 29,7 cm de haut par 42 cm, créé à l’encre de Chine et à l’acrylique par Yves Bergeret, à Veynes le 5 septembre 2019.

 

 

1

 

 

 

 

Cachée dans la poussière de la piste

une mine a tué huit d’entre nous.

Nos falaises se hérissent.

Tirant vers la lumière aveugle

la moitié de leurs racines.

L’autre moitié, c’est la parole,

nous et le mil.

Parole, nous, mil, indéracinables.

 

 

2

 

 

 

 

Explosion projette nos corps comme des barques

contre les deux écueils du détroit.

Mais les deux écueils du détroit, les deux crocs

de la gueule incompréhensible

remercient eux aussi les chanteuses

qui ouvrent des trous dans la masse sombre

de la mort, rendent les corps à la vie.

 

 

3

 

 

 

 

Les falaises se plient davantage.

Des pans de roche tombent.

C’est comme cela, la parole

serre les poings

quand le souffle de l’explosion passe.

Mais le vent est notre étranger préféré

qui vient répondre jusqu’au bord du vide

en haut des falaises,

remettre en vie le cœur du récit,

tout ce que l’explosion froisse, notre parole

claire, notre soleil de minuit.

 

 

 

*****

***

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

2 responses to “L’Orage après l’aube m a i s Explosion”

  1. Antonio Devicienti says :

    Grande lignes noires, menaçantes, blessent le papier: le Poète, qui n’oublie jamais ses amis de Koyo, écrit des textes qui s’opposent à la violence qui provoque la mort.

Trackbacks / Pingbacks

  1. L’esplosione | La dimora del tempo sospeso - 10/09/2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :