Luthier

 

Cycle de six poèmes créés et avec certaines strophes calligraphiées (encre de Chine et acrylique sur quadriptyques horizontaux Rosaspina 285 g de Fabriano de 17,5 cm de haut par 100 de large ; en quatre exemplaires) par Yves Bergeret du 3 au 18 septembre 2018 à Die et alentour.

On lit les deux premiers poèmes de ce cycle en italien dans une traduction très humaine du poète Francesco Marotta, à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2018/09/22/liutaio-1-2/

De même les troisième et quatrième poèmes du cycle se lisent en italien, par le même traducteur, ici : https://rebstein.wordpress.com/2018/09/23/liutaio-3-4/

et enfin les cinquième et sixième, de même, à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2018/09/26/liutaio-5-6/

*

L’ensemble du cycle Luthier se lit bilingue italien et français, mis en page par Francesco Marotta, poète et traducteur, à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2018/10/11/quaderni-di-traduzioni-xlvii/

***

*

 

 

1

Le Clou dans l’épaule

à Châtillon en Diois, le lundi 3 septembre 2018

 

Il tourne la tête à droite,

la montagne monte dans le cri du soleil.

Il tourne la tête à gauche,

la montagne glisse dans la poche de la nuit.

 

Il tourne le torse à droite,

les hautes herbes jaunes des souvenirs

se hérissent en direction de la mer

à sept cent journées de marche de là ;

Il tourne le torse à gauche,

par très longs hoquets

épisodes et contes lui sortent de la gorge,

perdent couleurs, se suspendent

aux plumes caudales du vent.

 

Il est désolé, il s’excuse,

au bord du torrent au bout du village.

il ne nous accompagnera pas

Il dit : un clou lui traverse l’épaule,

un vieux et très long clou de forgeron

au dessous de sa clavicule

et enfoncé derrière lui jusque dans la forêt

dont on fera le radeau du prochain Déluge.

 

Personne ne lui a jamais dit

quelle épaule est clouée.

Peu importe,

chaque galet du torrent

est le son d’un coup du marteau divin,

le son retombé dans la pierre,

le son durci dans l’eau féroce,

poli dans l’eau féroce,

blanchi dans l’eau féroce,

et le clou ne nous a jamais

signifié l’épaule qu’il avait choisie.

 

Mais on sait que le bois où il est fiché

est celui des dix mille troncs de la pente.

Le radeau sera infini.

Embarquerons-nous pourtant tous ?

 

Le forgeron n’a pas de tête.

Le cloueur n’a pas de tête.

Le clou n’a pas de tête.

Lui en a une et elle tourne,

girouette silencieuse entre désespoir

et pôle hors parole où son corps se dilue

mais nous essaierons encore

d’embarquer.

*

 

2

Luthier

à Châtillon en Diois, le mardi 4 septembre 2018

 

 

 

 

Il tourne la tête à gauche

il tourne la tête à droite,

il cherche les notes justes.

Juste est toute note qui parvient

à répondre aux coups qui le clouèrent.

 

Il entend celle dans le creux du vallon

qui donne au soir la confiance

et le chevreuil vient boire,

 

celle dans l’ombre tremblante du chêne

qui donne l’heure de midi aux vendangeurs

et ils s’arrêtent trempés de sueur et boivent,

 

celle qui baise le front de l’étranger

qui avait caché son sac derrière la fontaine

et il cesse d’avoir peur,

 

celle de l’archet posé sur le pupitre de la crête

qui gronde encore

et l’archet frémit de jouer à nouveau

en frottant un nuage ;

et lui-même est le bois qui frémit aussi.

 

Il cherche les notes justes

que les siècles n’ont pas osé lui apprendre,

que ni père ni mère n’ont osé lui apprendre.

Cloué aux dix mille arbres de l’ubac

il ne peut que tourner la tête, de l’aube à minuit.

 

Luthier aux jambes invisibles

comme lézards entre galets et viornes

il cherche et réunit l’histoire de son corps,

il cherche et ne réunit rien,

il cherche si se peut réunir le chant des sept étrangers

qui ont fait naître les mots

que dans le cœur des galets blancs

les saisons dures ont noués.

Il cherche et ne réunit rien.

 

Il est la fibre du bois

qui résonne au vent du soir

car il le comprend.

Il est la fibre

qui se tend dans les muscles de la montagne bossue

et dans ceux de son bras à qui l’archet échappe.

Il est le fil du bois

qui bavarde avec l’eau

glissant sur la langue du chevreuil

et sur celles des vendangeurs.

 

Si par air aride le bois est trop dur

il peine à tourner ci et là la tête

et supplie l’archet.

Sans colophane l’archet se jette alors

dans le vide depuis la crête.

Pas besoin de partition, le son et ses frères les sons

et ses sœurs les sons

passent devant ses yeux, comédie sombre et dorée

attendant à jamais ses personnages.

L’entendez-vous ?

*

 

 

 

 

3

Sept étrangers

 

J’entends, dit-il, les sept étrangers.

 

Le premier étranger

est le père du torrent

qui n’a jamais connu de monde horizontal

et psalmodie un épisode

de traverseur d’océan.

 

Le deuxième étranger

est l’archetier qui dans la meule grise de la guerre

a perdu ses mains, mais pas sa joie

de toucher la beauté par l’oreille.

 

Le troisième étranger

a la peau très sombre

de la paupière toujours baissée

sur la grande douleur des réfugiés.

 

Le quatrième étranger

est si lucide qu’il attire la foule et l’ébahit

juste de l’autre côté du gué de la liberté

mais le premier pas dans l’eau, craint-on, noie.

 

Le cinquième étranger

est frère distrait du quatrième ;

moins naïf il attire mais effraie encore

car il semble déjà dans l’avenir,

il parle assez peu,

il semble savoir trop.

 

Le sixième étranger

a laissé avant de partir

une poignée rouge de porte

entre les remparts, je veux dire les crêtes.

Il ne nous reste qu’à engager la clef

puis la tourner rien qu’une fois

et l’eau du torrent remonterait au ciel

car la paix est dans nos mains

si elles ignorent la peur.

 

Le septième étranger

est la mère, ombre féminine devant le luthier ;

elle s’échappe toujours au moment

de boucler la phrase.

 

En somme les sept étrangers sont assez flous.

Mais au cœur des galets blancs

germent leurs traces.

Il faut frapper net le galet

pour en atteindre le cœur

et rien alors ne se propose

que les notes justes, échappées de la gorge

du luthier, je veux dire du monde orphelin,

je veux dire du monde incomplet.

 

Avant de repartir les sept étrangers

se sont réunis à l’avant-scène,

se sont inclinés pour nous saluer.

Ils ne sont plus là.

*

 

 

4

Le Cinquième galet

à Veynes, le lundi 10 septembre 2018

 

 

 

 

Marcher en étant cloué à la forêt ?

Vous voulez rire !

Pourtant il le fait :

il a noté comment la montagne vient se plier

à l’intérieur d’une hésitation du torrent.

 

Voici : le torrent tremble devant des galets

qui vont en quatuor, un par point cardinal

et encore un cinquième, hors tout repère,

galet qui d’ailleurs semble muet.

C’est là que l’histoire hésite,

là que le courant n’est plus qu’écume

et que plus personne n’est étranger,

même à sa propre descendance,

même à soi-même.

Ou que tout est totalement étranger.

 

C’est là que le monde est clair,

que la montagne est transparente,

que les arbres de toute pente sont clairs,

et que le clou divin est un cyclone sans fièvre,

et alors dans le tourbillon du cyclone

s’élève le luthier.

 

Il s’élève il s’élève il s’élève

et les montagnes sont les plumes vertes de son souci

et les plumes rouges de son élan.

 

Pouviez-vous le pressentir ?

L’eau a ses propres points cardinaux.

Seuls les sentent ceux et celles qui ont tout perdu

ou qui ne possèdent rien.

L’eau comme la parole sait s’orienter

et où aller.

Toutes deux elles montent

en spirale dans le cyclone

du clou divin.

 

En se pliant la montagne s’élève

et ses dix mille arbres montent

en grands battements de branches

qui sont les phrases ruisselant s’évaporant

des épaules du luthier

et les phrases portent à grandes enjambées

à grands battements

la paix et la fraternité

qui naissent dans le cinquième galet,

la paix et la fraternité qui sont la vocation

de l’archet dépouillé de sa vulnérabilité,

de sa virginité.

 

Merci, luthier qui nous délivres du clou divin,

qui nous offres apaisées

la poignante nécessité de dire,

la déchirante nécessité de dire

que si peu entendent.

Il leur faut un cyclone,

un clou.

*

 

 

5

Le Cyclone ou le clou

à Die, vendredi 14 septembre 2018

 

Viennent à midi sur la place aux platanes

ceux et celles qui suspendent leur travail,

mangent ensemble parlant peu,

boivent et rient parlant peu,

leurs corps détendus

et les nuages allongés par-dessus leurs ombres

car leurs ombres sont au ciel

parmi les branches.

Celui celle qui n’est ni père ni mère

celui celle qui n’a ni père ni mère.

Fronts dégarnis épaules brunies

tâches de plâtre et de peinture sur les bras,

ce sont les platanes qui lavent.

Eux qui viennent s’attabler, rêveurs rudes,

donnent à la place sa forme de clou

vertical jusqu’au fond du ciel ou de la mer,

mais c’est identique.

Sa vigueur de clou :

car les établis, les truelles sont là

les tapis sont là,

leurs couleurs passées au soleil,

mais les épaules tirent et relâchent

tissent et rouvrent.

 

Jamais ne serait violent cyclone ce clou

qui vide va, qui est corde vibrante allant par

toutes les gorges mais elles parlent sans heurt

et le luthier tend les quatre cordes sur le manche

qui lie l’un à l’autre,

qui lie une crête à l’autre,

lie un cheval de steppe à un cheval marin,

un destin rude à un âpre drame

de chair et de parole.

Tête clou aux quatre chevilles à la tête du manche,

c’est clou et cyclone,

têtue joie parmi les refrains et les rumeurs

de la place qui tourne autour du torrent,

c’est elle qui tourne autour de la

têtue joie des quatre galets

dont le frère cinquième s’appelle joie

dans le noyau de la parole.

*

 

 

 

 

6

La Traversée

à Veynes, lundi 17 septembre 2018

 

Le luthier n’a ni prénom ni nom.

En outre j’ai remarqué que ses vêtements

sont trop grands pour lui.

Ils flottent, comme on dit.

Plus exact serait de dire : ils gonflent au vent

car lui n’est qu’un mât.

Les voiles s’affolent et jubilent dans les luttes

par là haut entre ciel et terre.

 

Je me demande si le luthier mange.

Un jour à midi quand même, sur la place aux platanes,

lui et moi avons partagé un bref repas.

A chaque bouchée la place s’enfonçait d’un pas

sous le drame des migrants. Sans gémir.

S’élevait d’un pas vers l’élan héroïque des migrants.

 

Lors de cet unique repas

le soleil nous avait laissés seuls avec les nuages.

Mais le luthier portait des lunettes de soleil

plus sombres que basalte.

« Avec mes lunettes je ne suis pas là,

avec elles j’entends mieux les oiseaux couverts de sel

arriver sur les branches des platanes. Ils s’ébrouent.

Ils ont traversé cinq mers

et surtout celle du milieu

qui est pur coquillage

entièrement ouvert en deux. En deux oreilles.

Elles sont la matrice du monde

balbutiante

 

qui balbutie : «  accueille ! accueille ! » ».

 

En disant cela il ne flattait certes pas

le clou arraché aux dix mille arbres

et resté fiché sous sa clavicule.

Le clou rougit, rougit

devient rouge comme sur l’enclume du forgeron

il y a mille ans juste avant les coups.

Sur son épaule le luthier souffle à peine,

voici que le clou est blanc,

voici que le clou est transparent.

 

L’oiseau le plus pauvre

vient saisir dans son bec

les lunettes noires du luthier,

les emporte à tire-d’aile

et les laisse tomber dans le torrent

juste au remous de quatre galets plus un.

Le torrent a compris, il les charrie,

il les charrie jusqu’à la mer du milieu

qui grésille follement :

« nais accueillant ! parle accueillant ! »

 

 

 

 

*****

***

*

 

 

 

 

 

 

Publicités

4 responses to “Luthier”

  1. Antonio Devicienti says :

    En lisant ces magnifiques poèmes j’ai tout de suite pensé à la grande poésie provençale du Moyen-Age, à René Char, à une manière de « chanter » ses vers qui trouvent leur source dans les rencontres humaines, dans les heures de la vie quotidienne, dans les lieux que l’on aime le plus – et (cela se passe souvent dans la création poétique de Yves Bergeret) le vers ne peut pas rester seulement vers, il se transforme aussi en couleur, signe, espace.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :