Une pluie, un déluge 一场雨,一场洪水 Una pioggia, un diluvio

Carène, acte 2, scène 1

 

Le livre Carène, édité bilingue en Italie par Alga editore (lien: http://www.algraeditore.it/index.php/poesia/306/car%C3%A8ne-carena-detail ) avec une splendide traduction du poète Francesco Marotta, poursuit avec détermination son chemin. Le traducteur et poète chinois Zhang Bo en donne ici un nouveau passage en chinois et à cette occasion écrit :

“Ce qui m’intéresse le plus en traduisant Carène c’est son ouverture culturelle, avec vigilance, vers les autres, vers un continent ignoré, vers des peuples humiliés, une approche vers ces autres. Approche non pas avec la pensée européenne, mais avec la pensée de ce continent : ainsi surgit une vraie écoute, un vrai dialogue, qui sont nécessaires aussi pour la Chine actuelle qui éprouve en même temps des sentiments d’infériorité et d’arrogance”.

 

 

Il y a vingt ans, en 1996, j’arrivai par une pluie battante

la première fois en Sicile.

J’y restais quinze jours, chaque jour fut déluge

de pluie et de vent. Le linge ne séchait pas,

dans les chambres et les escaliers

les murs ruisselaient.

Ce n’était pas collines calcaires

aux oliviers millénaires durcis au soleil,

c’était boue, glissements de terrain,

ponts emportés dans la campagne,

brume, torrents fangeux et brume.

En somme la Méditerranée tentait de ravaler

ce que depuis le fond des millénaires et des eaux

l’Etna avait dégurgité.

 

二十年了,一九九六,我在一场倾盆大雨中

第一次抵达西西里。

我在此停留十五天,每天

风雨如洪。衬衣无法阴干,

在卧室与楼梯间

墙壁淌水。

这不是石灰质的丘陵

遍布在阳光下硬化的千年橄榄木,

这是泥浆,是土石流,

是田间卷走的桥,

是迷雾,是浑浊的激流和迷雾。

地中海试图吞咽

自千年与海水深处

埃特纳曾经喷吐之物。

 

Venti anni fa, nel 1996, sotto una pioggia battente,

arrivai per la prima volta in Sicilia.

Vi restai quindici giorni, ogni giorno fu un diluvio

di pioggia e di vento. La biancheria non si asciugava,

nelle camere e per le scale

i muri gocciolavano.

Non c’erano colline calcaree

di ulivi secolari irrobustiti dal sole,

solo fango, smottamenti di terreno,

ponti trascinati via nella campagna,

nebbia, torrenti limacciosi, nebbia.

Insomma, il Mediterraneo cercava di riprendersi

tutto ciò che dal fondo dei millenni e delle acque

l’Etna aveva rigurgitato.

 

 

Or, non, l’eau du ciel n’était pas salée.

Et ce déluge était une ruse de plus

pour que la Sicile abîmée persuade chacun

et d’abord elle-même qu’elle se lavait dans la mer,

se lavait, se lavait de la violence,

de la fourberie et de l’arrogance

qui la souillaient tant.

 

然而,不,天空之水没有咸味。

而这场洪水是又一次诡计

为了千疮百孔的西西里能够说服每个人

并且首先是它自己去海中清洗,

清洗,清洗那些

将其玷污至此的暴力,

奸猾和骄狂。

 

Tuttavia l’acqua del cielo non era salata.

E quel diluvio era un espediente in più

col quale la Sicilia degradata cercava di persuadere tutti,

a cominciare da se stessa, che si stava lavando nel mare

si lavava, si ripuliva della violenza,

dell’inganno e dell’arroganza

che tanto la insozzavano.

 

 

Mais je veux ici être plus précis.

C’était aussi le grand effort lustral

qu’avant tout voulaient les gens clairs de l’île,

– car il en est d’honnêtes et splendides, et plus d’un –

pour que la parole se débarrasse de sa gangue locale

de fanfaronnade, forfanterie et couardise.

Ah, que les mille torrents nés de la pluie rendent la Sicile

à sa nature de terre la plus créatrice, la plus originale,

la plus instable de la pauvre vieille Europe

entartrée de marchandises amères et de calculs acharnés…

Ah, que les mille torrents nés de la pluie

jettent à la mer les carapaces des Puissants invisibles

et les breloques de fausse monnaie

qui polluent tout lien humain…

 

但在此我还想更加详细。

这也是岛屿上清醒之人最为期望的

剧烈的净化之力,

——因为他们诚实而辉煌,且不止一人——

为了话语能够从本地的吹牛、夸口与怯懦之

矿脉中解脱。

啊,愿从风雨中诞生的千条激流使西西里恢复

它那在苦涩的货品与过度的算计间结垢的

穷苦的衰老欧罗巴

最有创造性、最有原创性也最不稳定的

大地之本相……

啊,愿从风雨中诞生的千条激流

把不可见的权贵之壳

与那污染一切人类关联的假币饰物

扔进大海……

 

Ma su questo voglio essere più chiaro.

Era anche la grande spinta purificatrice

che chiedevano anzitutto le persone perbene dell’isola,

– perché ve ne sono di oneste e splendide, e più di una –

affinché la parola si sbarazzasse della sua patina locale

fatta di fanfaronaggine, furfanteria e codardia.

Ah, che i mille torrenti nati dalla pioggia restituiscano la Sicilia

alla sua dimensione di terra più creativa, più autentica,

più in fermento della povera vechia Europa

imputridita da cumuli di mercanzie e da calcoli spietati…

Ah, che i mille torrenti nati dalla pioggia

scaraventino in mare le corazze dei Potenti invisibili

e le cianfrusaglie di infimo valore

che sviliscono ogni legame umano…

 

 

Enfin à Noto une nuit de mars

où malgré les draps humides je dormais à poings fermés

la coupole fissurée de la cathédrale s’effondra,

gorgée d’eau, à minuit. Les chapiteaux sculptés

et les fresques par morceaux tombèrent

sur un mort. Son cercueil avait été la veille posé

devant le maître autel pour des funérailles au matin.

 

最终在诺托三月的一夜

尽管床单潮湿我握拳而眠

教堂开裂的穹顶崩塌,

灌满雨水,于子夜。雕花柱头

与壁画化作碎片坠落

在一个死者身上。他的棺椁前夜曾放置在

主祭坛前为了明晨的葬礼。

 

E infine a Noto, una notte di marzo

in cui malgrado le lenzuola umide dormivo tranquillo,

la cupola incrinata della cattedrale crollò,

impregnata d’acqua, a mezzanotte. I capitelli scolpiti

e gli affreschi caddero a pezzi

su un defunto. La sua bara era stata posta la sera prima

davanti all’altare maggiore per i funerali al mattino.

 

*

Zhang Bo en outre a déjà traduit dans Carène :

 

Cheval-Proue, acte 1 entier

https://carnetdelalangueespace.wordpress.com/2016/03/23/cheval-proue-poitiers-baptistere-20-mars-2016/

 

Ankindé seul, acte 3, scène 2

https://carnetdelalangueespace.wordpress.com/2017/07/01/ankinde-seul/

 

Le Rêve d’Alaye, acte 3, scène 3

https://carnetdelalangueespace.wordpress.com/2017/01/19/le-reve-dalaye-les-voix-de-nuit/

 

*****

***

*

 

 

 

 

Publicités

2 responses to “Une pluie, un déluge 一场雨,一场洪水 Una pioggia, un diluvio”

  1. veron says :

    Un souffle magnifique qui évoque la destruction de l’humain, l’appel qui monte en chacun pour que naisse un autre règne ; tout est dit, mais, cela est étrange, le lecteur de ce poème ne se sent pas accablé. Pourquoi?

  2. veron says :

    Que les mille torrents nés de la pluie, prière, incantation, urgence sous la beauté du texte, urgence dit le poème ; réveillons nous avant d’arriver au stade final où notre prière sera De profundis clamavi mais alors ….?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :