Le Trait qui nomme (publication bilingue en cours)

Après mes « lectures d’espace » et « dialogues de création avec des poseurs de signes » dans les Antilles, à Chypre et au Sénégal dans la décennie 1990, je me suis rendu de 1998 à 2009 au Mali et spécifiquement de 2000 à 2009 au Nord de ce pays. Cette région est ravagée actuellement par un mélange insupportable de grand banditisme local et de guerre aveugle de religion.

 

Mes plus de vingt séjours en « immersion » totale dans deux oasis et quatre villages de ce Nord m’ont donné de comprendre des conceptions du monde sans écriture d’une profondeur et d’une cohérence admirables, comme peu de civilisations savent en avoir. Finalement dans deux de ces villages, entre huit cultivateurs sédentaires d’une ethnie spécifique, « poseurs de signes » à l’aube de toute écriture, et le poète écrivant et « lecteur d’espace » que je suis, s’est développé un très fertile dialogue de création sur tissu, papier et pierre. Parmi les modalités constantes de ce dialogue, une transmission ethnographique abondante et une réflexion toujours plus approfondie rituellement et anthropologiquement sur le statut de la parole.

 

De ces rencontres longues et régulières et de ce dynamisme réciproque d’écoutes et d’avancées je rends compte, par récits et analyses, dans l’ouvrage Le Trait qui nomme. Je l’ai conclu en 2011, deux ans après mon dernier séjour de travail au Mali. Il n’est pas encore publié. Il le sera ultérieurement.

 

En Italie, sous la conduite du poète et traducteur Francesco Marotta, un groupe remarquable de traducteurs et écrivains, composé outre lui-même de Viviane Ciampi, Antonio Devicienti, Marco Ercolani, Lucetta Frisa et Giuseppe Zuccarino, entreprend actuellement de faire voir le jour au Trait qui nomme. Etape par étape, il est publié sur le site La Dimora del tempo sospeso, Là on peut le lire, chapitre par chapitre. Pour cela, on clique sur le lien : https://rebstein.wordpress.com/tag/il-tratto-che-nomina/   puis on choisit la version italienne ou la version française.

 

J’attire l’attention sur un article en italien qui souligne la très grande opportunité de publier cette vaste traduction précisément dans le contexte actuel : https://vialepsius.wordpress.com/2018/02/25/perche-tradurre-le-trait-qui-nomme-di-yves-bergeret/#comments

 

Mes remerciements très chaleureux vont à chacun et à chacune dans l’équipe des traducteurs.

 

Yves Bergeret

 

 

 

 

*****

***

*

 

 

 

 

Publicités

4 responses to “Le Trait qui nomme (publication bilingue en cours)”

  1. glasmundo says :

    Un précieux travail de traduction, utile pour donner aussi une existence différente à l’histoire d’une œuvre de valeur.

  2. veron says :

    Merci, ainsi, grâce aux traducteurs, c’est une expérience fondamentale pour notre humanité de ce jour, pour que la parole soit juste et que les relations se tissent avec justesse et clarté et deviennent ferments de vie pour chacun.

  3. Viviane Ciampi says :

    Merci à Francesco Marotta pour cette initiative absolument méritoire. Cette sorte de collectif de passeurs d’univers et des chants de la terre fut pour moi une expérience profonde. Comme j’ai aimé ce voyage en si bonne compagnie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :