Course, paix, coeur (Montrouge, janvier 2018)

Poème en huit strophes créé, et accompagné de gestes d’acrylique, par Yves Bergeret à Montrouge et Paris du 14 au 16 janvier 2018, sur quadriptyques horizontaux (25 x 65 cm) de Canson 200g, chacun en deux exemplaires.

Ce poème se lit en italien, traduit par le poète Francesco Marotta à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2018/01/17/per-arginare-la-violenza-del-mondo/

 

*

 

 

Un obus troue le tablier du pont,

deux, quatre, dix obus,

la rivière brunit,

le pont n’est plus.

 

Lui, il a seize ans. Il vit à la frontière du Cachemire.

Il sait que l’an prochain l’armée le prendra

pour lui faire tuer ses cousins du même âge

juste de l’autre côté de la frontière sur la crête

ou bien les beaux-frères de sa mère le tueront

près de la bergerie ou du pont détruit.

 

Il descend en courant vers la plaine

il refuse toute guerre, il court, il court,

il traverse l’Iran, il traverse la Turquie,

il retrouve son frère aîné qui s’est lui aussi exilé

il y a cinq ans et s’est installé cordonnier à Athènes.

 

Il ne comprend rien aux cuirs, semelles et clous

et repart, il traverse en courant la Suisse,

avec des cousins de sa vallée himalayenne il vend

des poireaux et des courges à Munich.

 

 

Mais la course le reprend,

il s’arrête à Montrouge devant la piscine,

vend des fleurs puis sert du café puis sert à manger

et a cessé de courir.

Trois étages au dessus de ses fleurs il trouve un logement.

Il se laisse pousser une moustache éloquente.

Il se marie. Sa femme discrète est très belle.

 

Il accueille ses jeunes cousins qui ont refusé

à leur tour les armes, puis d’autres parents qui refusent

les armes. Il accueille. Ses enfants prospèrent.

Son quartier à Montrouge prospère.

 

Fleurs et cuisine indienne. Il orne son bar,

dans son restaurant il a douze tables rouges

et au mur une très belle petite peinture sur bois ouvragé

qu’avant de mourir sa mère qu’il n’a jamais pu revoir

lui a envoyée depuis le village du Cachemire

où le pont n’a pas été reconstruit.

 

Il meurt il y a trois matins en descendant

de l’appartement à la boutique des fleurs.

Son cœur n’arrivait plus à porter

par tonnes entières les fleurs et les mots d’accueil

pour endiguer la violence du monde.

 

 

*****

***

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

5 responses to “Course, paix, coeur (Montrouge, janvier 2018)”

  1. Geneviève Chignac says :

    A nouveau très touchée par la force de ce poème. Merci cher Yves Bergeret

  2. Antonio Devicienti says :

    Merci, cher Yves, la force de ton poème est touchante et sublime.

  3. veron says :

    Merci pour ce poème qui nous interroge aussi. Comment être lucide, si proche des êtres, de tous les êtres, sans perdre coeur, courage, sans être déraciné par la violence du monde. Cela veut dire que ce texte est issu d’une source profonde, d’une pureté inconnue de nous et pourtant nous en aurions besoin, besoin de connaître le début du chemin. Seule la pureté peut faire face à ce monde.

  4. Viviane Ciampi says :

    Il y a dans ces poèmes, de l’âpreté, de l’éclat, de l’effraction et surtout de l’intimité dans la voix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :