Collages-sons

Poème écrit par Yves Bergeret à Die du 21 au 25 juin 2017, sur deux triptyques horizontaux de format 21 cm par 59,4 de Fabriano Designi 200 g avec des gestes de lavis d’encre de Chine et des collages divers, dont de fragments de cartes géographiques du 17, 18 & 19èmes siècles, d’un contrat à l’encre brune sur parchemin du 15ème siècle, de feuilles de comptes du 19ème siècle et de photos d’un vitrail de la cathédrale de Chartres, d’une mosaïque byzantine du 12ème siècle & d’un manuscrit byzantin du 13ème siècle.

Une version en italien, traduite par le poète Francesco Marotta, se lit à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2017/06/29/la-porta-aperta/

 

 

J’ai traversé l’Europe

depuis les fjords de la Norvège et le piémont du Caucase.

Dans mes poches j’avais mis les restes et souches

des billets des pièces de théâtre que jouèrent trente générations.

Arrivé dans mes montagnes

si longtemps silencieuses avant les guerres de religion,

avant la transhumance encore et encore des migrations

j’ai pris une feuille épaisse, des ciseaux,

beaucoup de colle.

 

J’ai soufflé sur les crêtes et les vallons,

sur les sentiers et les granges.

 

Ai écouté me répondre par les fissures des pierres

les pèlerins et les migrants,

les écoliers et les figurants,

les divorcées et les vierges.

 

Ai pensé à l’escale, à l’exil

et à la racine suspendue dans le vide

quand le torrent ravage la berge.

 

Ai escorté le martinet qui en criant frôle

la mort puis le clocher puis la mort en criant

puis la girouette puis le soleil qu’il désordonne.

 

Ai entendu la querelle des patriarches jusqu’au sang,

le banquet sur l’Olympe,

la taverne sur le quai du port

et les cris sur la barque qui se retourne.

 

Ai entendu les morceaux du récit

par certains côtés misérable

mais épique par d’autres côtés.

 

Alors j’ai badigeonné de colle

le verso granuleux des vieux billets de théâtre

et les ai disposés sur la dure feuille,

les oranges et les rouges d’abord, un fond de joie lucide,

 

et les beiges et les gris

parce que aussi la vie amoncelle des nuages ambigus

sur les polders et les montagnes

 

et au milieu un curieux cratère ocre et carré

parce que la vie laisse toujours la porte ouverte,

 

parce que même dans la densité des complots,

des suantes alliances, des tirades et des répliques,

des masques et des doubles jeux,

la vie laisse toujours la porte ouverte.

 

*****

***

*

 

 

 

 

 

 

Publicités

7 responses to “Collages-sons”

  1. Antonio Devicienti says :

    Je lis et j’apprends…

  2. Anne MICHEL says :

    Collage et poème en accord sur une ligne d’espace-temps qui court en filigrane du papier, voilà l’impression que j’ai en découvrant le blog, aujourd’hui. Et cette vie qui jaillit à travers la porte qu’elle laisse ouverte ! On veut bien s’embarquer avec elle.

  3. vengodalmare says :

    Mi sono emozionata a immaginarla lì, su quelle montagne, mentre nel silenzio dell’ascolto componeva un collage che sembra percorso dal soffio della terra e del tempo; dalle sue mani e dai suoi versi colano la gioia e il sangue dell’accoglienza .. e respirare diventa di nuovo facile.

    • veron says :

      Depuis toujours j’aime ce que vous écrivez, comment vous réagissez aux textes et poèmes de Yves Bergeret. Je ne connais pas l’italien, je me laisse porter par les mots, leur sonorité, leur sens. Merci.

      • vengodalmare says :

        Je vous remercie, Madame Veron, vous êtes très gentille. J’aime beaucoup les poèmes de Bergeret, lui me donne avec ses vers une grande paix. une paix qui est toujours en marche, en chemin vers l’autre.

  4. veron says :

    La joie lucide, cela semble impossible et pourtant… Rien de ce qui est cruel ou abominable n’est esquivé mais au contraire pleinement vécu. Et pourtant l’envie de vivre, ou peut-être autre chose, donne la réplique et donnera toujours la réplique à cela et laissera se découvrir les portes par où jaillit la vie. Comment faites-vous?

Trackbacks / Pingbacks

  1. La porta aperta | La dimora del tempo sospeso - 29/06/2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :