Le Rêve d’Alaye et les voix de nuit 阿拉依的梦与长夜之音

01-20160503_163057-1

Ce poème est le centre exact de l’acte III de Carène, œuvre d’Yves Bergeret actuellement inédite.

Alaye et Ankindé sont ici photographiés tout en haut du bourg d’Aidone, en Sicile centrale.

Les autres photos présentent deux lieux du haut plateau du village de Koyo au Mali :  d’une part une brèche spectaculaire sur le bord relevé sud-ouest du haut plateau tombant par un à pic de 300 mètres sur la plaine du Sahara ; la brèche s’appelle Wosiri Ka (la « bouche de Wosiri », ancêtre d’il y a cinq siècles, à l’immense sagesse). Et d’autre part Pondo Na, ravin étroit réservé à des rites totalement secrets, loin du village, et à un bord supérieur duquel le poète français n’a été conduit que la neuvième année de ses séjours.

 La version chinoise qu’on lit ici est du poète Zhang Bo, de Nankin.                         

Et le poète Francesco Marotta a traduit en italien ce texte ; on peut lire sa version italienne à cette adresse : https://rebstein.wordpress.com/2016/07/08/il-sogno-di-alaye-e-le-voci-notturne/

*

02-img_3105

Au milieu de la nuit d’Aidone

un rêve acide réveille en sursaut Alaye.

在阿依多内的夜色之中

一场酸梦把阿拉依骤然惊醒。

03-img_2940-copie-copie

Il a vu que l’eau s’est retirée de la mer.

Il a vu que les vallées immenses du fond de la mer

sont dans l’ignorance complète des vents et des couleurs de la végétation.

Il a vu que les vallées sont muettes et vides de vie.

他看到水从海中退却。

他看到海底无边的山谷

对风与草木的颜色彻底无知。

他看到山谷缄默又全无生机。

Il a vu aussi dans les pentes du fond de la mer

les cadavres gonflés et gris de ceux qui tombèrent des barques,

de ceux dont le rafiot minable coula.

他也看到在海底的斜坡中

那些从舢板上落水的人,那些在残舟上沉没的人

浮肿灰白的尸体。

Il a vu que la forme du fond de la mer

est celle d’une immense coque

ou est l’empreinte d’une immense carène vide sans proue ni poupe

ou l’intérieur d’un crâne géant.

Il a vu que ce crâne est le sien

et tous ces cadavres muets sont ses propres yeux,

ses narines, sa bouche.

Le silence le torture et le réveille.

他看到海底的形状

是一条巨大的船体

亦或带有一个既无船艏也无船尾的巨大空船壳的印记

又或者是一颗巨型颅骨的内里。

他看到这颗颅骨正属于他自己

而所有这些缄默的尸体都是他本人的眼睛,

他的口鼻。

寂静把他折磨并将他惊醒。

Les rives et le fond asséché de la mer

n’émettent ni bruit ni son ni aucun mot.

Lui dont l’énergie juvénile est pure prophétie

ne peut rester dans ce silence.

Il se lève, va secouer Ankindé qui dort à poings fermés

et lui demande de l’emmener tout de suite

tout en haut de la colline en haut du bourg.

海岸与干涸的海床

发不出任何噪声、音响或词语。

他的青春能量是纯粹的预言

他无法在这寂静中停留下去。

他站起身,将去摇醒握拳而睡的安金德

并请求他立刻带自己前往

村庄高处丘陵的最高处。

*

04-img_2969

En haut de la colline tout en haut

se voit que la nuit noire cesse d’être noire,

cesse d’être creuse.

Dans la langue la plus secrète de la brousse

qu’ils n’ont jamais laissées, ni la langue ni la brousse,

car ils sont le dernier adjectif,

car ils sont la plus verte racine,

car ils sont la plus vigoureuse épine,

dans la langue la plus secrète

ensemble ou en alternant ils parlent.

在丘陵的高处那最高处

黑夜不再黑暗,

不再空无。

在旷野[1]最隐秘的语言中,

无论语言还是旷野,他们都从未抛弃

因为他们是最后的形容词,

因为他们是最绿的根蔓,

因为他们是最粗的棘刺,

在他们共同或交替着开口言说的

最隐秘的语言中。

« Regarde, une volée d’âmes jaillit du rocher des suicidés.

-Une bande de martinets attrape la lune comme un insecte.

-Ma main est une guêpe.

-Ta main est une abeille.

-Ma main est un marteau.

-Ta main est un pinceau.

-Les oiseaux vont nous chercher des clous dans la lune.

-Je n’ai pas de porte.

-Elle claque sans cesse.

-Je creuse une porte dans le ciel.

-La forme du mot qui n’existe pas

est la poignée de la porte.

-La forme du nom que je cherche

est le vide de la porte ouverte,

dégondée il y a mille ans.

“看,灵魂的鸟群从自杀者的峭壁间喷涌。

——一队雨燕如捕捉昆虫般抓住月光。

——我的手是一只胡蜂。

——你的手是一只蜜蜂。

——我的手是一柄铁锤。

——你的手是一根毛笔。

——群鸟将为我们在月光中寻到铁钉。

——我没有房门。

——它在不停地咯咯作响。

——我在天空中挖一扇门。

——那不存在的词语的形状

是门的把手。

——那我寻找的名称的形状

是敞开之门的空隙,

它在千年前便被卸下了铰链。

-Mon front est une guêpe.

-Ton front est une abeille.

-Mon front quand je prie

racle le fond de la souffrance.

-Ton front n’a plus de pansement.

-Les oiseaux dévorent les insectes.

-Tu es brindille pour quel nid, Akindé ?

-Tu es brindille contre quelle mort, Alaye ?

——我的额头是一只胡蜂。

——你的额头是一只蜜蜂。

——当我祈祷时我的额头

擦拭苦难的基底。

——你的额头再也无须绷带。

——鸟群吃光昆虫。

——你这细枝是为了迎接哪一处鸟巢,安金德?

——你这细枝是为了对抗哪一种死亡,阿拉依?

*

05-img_2998

-A aucun feu je ne brûle.

-A chaque incendie je pleure.

-Regarde le volcan, regarde sa pointe rouge feu.

-C’est lui qui a asséché la mer.

-La mer est vide,

le torse du volcan est plein.

-Salut, gorge rauque qui en soufflant engendres l’horizon !

-Tu es l’étincelle et l’abeille, Alaye.

-Tu es la braise et la guêpe, Ankindé.

——面对任何火焰我都无法燃烧。

——面对每一片烽火我都哭泣。

——看这火山,看它那火红的尖顶。

——是它烧干了大海。

——大海空了,

火山的胸膛满溢。

——你好,嘶哑的喉咙在喘息间把地平线孕育!

——你是火花与蜜蜂,阿拉依。

——你是火炭和胡蜂,安金德。

*

06-img_3097

Ma mère est morte depuis dix ans,

je n’ai pas d’épouse, dit Ankindé.

-Ma mère et ma femme me regardent

par dessus le creux de la mer, dit Alaye.

-Je suis l’enfant perdu dans le sable

et aussi l’abeille sans ruche qui le guide.

-Et moi je suis l’enfant muet,

les mots butinent mes joues lisses.

-Je suis la petite écaille nommable du vent futur.

-Je suis la troisième brindille

et la cheville de bois qui tient toute la voute de notre carène.

——我的母亲已死去十年,

我也没有配偶,安金德说。

——我的母亲和妻子

从海窟上凝视着我,阿拉依说。

——我是黄沙中的弃儿

是没有蜂箱指引的蜜蜂。

——而我是缄默的孩子,

词语收集我平滑的脸。

——我是未来的风可被命名的小小鳞片。

——我是第三条细枝

和填满我们船壳整个拱顶的木楔。

*

07-img_3098

-Tu es le vide dans le vide

et le trou au fond de la mer

par où se vida toute son eau claire et sombre.

——你是空无中的空无

是海底的洞窟

在那里它所有明净幽深的海水早已排空。

-Je suis l’ombre du sel

qui faisait sombre l’eau de la mer.

——我是让海水变得昏沉的

盐晶之影。

-Tu es la chair multiple des noyés.

-Je suis l’espoir épineux qui les avait fait courir sur la berge

jusqu’aux barques pourries.

-Je suis le regret et le piétinement.

-Je suis le désespoir et l’espoir.

-Je martèle et piétine.

-J’assemble trente mille brindilles.

-J’assemble cent mille planches cent mille corps.

——你是无数溺水者复合的肌体。

——我是带刺的希望曾让他们在海岸陡坡上奔驰

直至腐坏的舢板。

——我是悔恨与顿足。

——我是绝望和希望。

——我捶打并原地踏步。

——我收集三万根细枝。

——我收集十万条木板十万个身体。

-Cent mille corps nous pensent.

-Le volcan luit dans la nuit sombre et claire. »

——十万个身体设想出我们。

——火山在幽深明净的夜中闪现。”

*

08-img_3114

Ni enfuie ni pleine n’est la mer ;

elle va et vient dans le bas des phrases

alternées ou ensemble que tressent Ankindé et Alaye

en haut de la colline.

海没有逃逸也没有满盈;

在丘陵高处安金德与阿拉依

编织的交错或合一的语句

大海在其低音中来来返返。

*

Resté seul dans leur chambre Husséini dort

au rythme ample et lent de ce qui bat

dans ses tempes : c’est le flux et le reflux

des hommes, c’est le mouvement de la mer

réelle et enfuie, c’est le haut et le bas des phrases

d’Ankindé et d’Alaye.

尤塞尼独自一人留在他们的房间中睡着

伴随着那在他鬓角中击打的洪亮和缓的节奏:

这是人潮的涨落,

这是真实与消逝的海的运行,

这是安金德与阿拉依语句的高音与低音。

*

10-20160503_162558

[1] “brousse”:在由泛灵论思维统摄的黑非洲文明中,空间始终意味着一种神圣能量的运动。在有人居住及拥有农耕文明之地,这种神圣能量通过宗教仪式(尤其是通过对动物的献祭)而与人类发生活跃而丰富的关联。而在居住地与农耕区之外就属于“brousse”,那是一片广袤而危险的神性地区因为在那里只有极少的宗教仪式并且只有极少内行懂得如何将其施行。在汉语中并没有完全对应的概念,故暂译作“旷野”。

*****

***

*

Publicités

7 responses to “Le Rêve d’Alaye et les voix de nuit 阿拉依的梦与长夜之音”

  1. Antonio Devicienti says :

    Ta poésie est oxygène pour le lecteur, mon cher Yves.

  2. carnetlangueespace says :

    Les djihadistes ont assassiné hier à Gao des dizaines de soldats maliens et de militants touaregs qui se préparaient à faire ensemble des patrouilles de sécurité unifiées pour sécuriser cette ville soumise sans cesse au harcèlement fanatique ; de même hier a été assassiné à la sortie de la mosquée le maire de Boni, l’oasis au pied de ses grandes falaises épiques de grès qui sont ici les photos de contrepoint du Poème le Rêve d’Alaye. Cet oxygène de liberté et de parole claire nous est indispensable, en toute circonstance.

    YB

    • vengodalmare says :

      Il est très grave et très triste l’événement qui est arrivé. Je suis vraiment désolée ; parfois l’oxygène semble insuffisant mais il est précisément dans ces cas que il faut « chanter » de plus, chanter toujours.

  3. veron says :

    Ce poème est suffocant à lire, tellement la douleur est présente. Les photographies montrent le monde perdu où la vie était sens et nourrissait le sens. L’univers s’est maintenant défait, les éléments ont perdu le contact entre eux, Alaye voit la mort s’établir, seule demeure l’empreinte de la carène dans le silence de la mort. Mais Alaye et Ankindé se retrouvent, l’enfant perdu dans le sable, l’enfant muet, mais ils tressent leurs mots et leurs phrases comme l’apprend la langue secrète de la brousse, il faut être deux, je n’existe pas sans toi, le monde peut se créer, avec ta main, ta joue, ton front, les portes s’ouvrent dans le ciel, cela est possible dans les mots qui se tressent, les mots de la langue ancienne. Je suis la cheville de bois de toute la voûte de notre carène.
    Ce poème est le centre exact de l’acte 3 de Carène, y aura-t-il une suite?

  4. carnetlangueespace says :

    Le livre Carène existe, en cinq actes, construit comme une tragédie classique. J’ai souvent pensé à Eschyle en l’écrivant. Ce livre est entièrement traduit en italien par Francesco Marotta, qui a d’ailleurs écrit une magnifique préface. Je veux espérer que ce livre verra bientôt le jour en édition papier, dans les deux pays, Italie et France. Cheval Proue (présenté sur ce blog en mars 2016) en est l’Acte I – Prologue.
    Carène est bien sûr propice à une mise en espace et à une réalisation théâtrale sur scène.

    YB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :