Détails du vent

Onze poèmes créés par Yves Bergeret sur un petit livret allemand de format 20 cm x 21, en deux exemplaires, avec acrylique et collages, à Paris, du 24 au 27 novembre 2016.

01-rimg1227

1

Sous le porche du palais le vent passe en gloire,

sous la nuée le vautour s’apprête.

 

2

Voix aiguë effraie le nuage :

peut-être la hyène parturiente ?

02-rimg1230

 

3

La vague en son ressac, soulevée la vague

replie l’oreille de l’utopie infantile.

Leçon de ténacité, l’autre oreille ne plie pas.

 

4

Volcan né des eaux profondes

passe les dents de feu de son râteau

sur la ville du mille cent quinzième mois

où les verrous se grippent, rouillent,

tombent en poussière,

c’est le vent, ouvrant les prisons.

03-rimg1231

5

Va et vient le figurant,

les coulisses ne sont pas prêtes,

la table et le couvert du minotaure non plus.

Va et vient le fils sifflotant,

l’autre poignard rouille.

Va et vient l’ironie,

les feuilles tombent, dorées.

04-rimg1233

6

Fresque effacée, fumée du bar,

huile de cuisine, sueur des abandonnés,

fresque brille sous la crasse,

fresque orpheline ou manchote

jette tous ses feux chaque jour ;

allez, l’humanité n’est pas à genoux.

L’image peinte est sa veste à brocards

qu’elle jette avec un cri de joie pour courir plus vite,

comme son frère le vent.

paris-boulevard-arago-3-25-novembre-2016

7

Nous prend à la gorge

la tendre petite mappemonde qui brille sous le gras beige,

boule d’humour et d’utopie fébrile

qui gigote sous la crasse de la fresque

car après tout la terre tourne toujours

et les amants jamais n’en finissent de se chercher

à travers la brume de la bêtise.

Petite boule qui gigote et gire et tourne,

vent de joie, la vie, vent, sans faiblesse.

05-rimg1235

8

Tu connais la ruelle en pente

derrière le porche.

Descends ses marches inégales,

la mer est en bas

et une barque pour ton jeune voyage.

 

06-rimg1237

9

A bout de bras

tu peux sûrement attraper le fruit doré

qui roule dans le vent ;

retrousse ta manche,

le fruit doré est mon miel

et dans une conque d’écailles

la phrase du ruisseau d’or

où toi et moi naviguons depuis des siècles.

07-rimg1240

10

Le vent dissimule souvent qu’il a un frère cadet :

un petit chantier naval

avec des coques blanches appuyées sur des étais cuivrés.

Eh bien, malgré tout espoir, le vent n’arrive toujours pas

à les faire tinter comme un carillon

funestement joyeux.

08-rimg1241

11

J’aurais certainement voulu piétiner

dans moins de sable sale

quand les vaches gémissaient pour leurs veaux vendus

dans le vent de poussière de l’oasis ;

mais leurs émois ne savaient

irriter, lever,

lever le vent jusqu’à la tornade

et le marché restait répugnant jusqu’au soir

et le sable me brûlait, me cisaillait les talons.

bovins-a-koyo-16-fevrier-2009-04

***

Publicités

One response to “Détails du vent”

  1. veron says :

    un poème insaisissable comme le vent ,comme le vent il ne cesse de faire tournoyer ses images ,certaines semblent venir d’un monde désirable ,le bonheur semble tout proche :la ruelle en pente ,la mer ,la barque ,le fruit doré la conque d’écailles,la phrase du ruisseau d’or,d’un monde libéré;ce poème fait surgir et vivre l’ailleurs qui est en nous .A nous de connaître sous quel porche nous tenir pour sentir le vent vivant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :