Bruit, aube, à Catane

Poèmes créés par Yves Bergeret à Paris du 11 au 13 novembre 2016 sur trois diptyques d’Aquacal tchèque, 250 gr, en format horizontal A3 préparés (encre de Chine, lavis et collages, dont des papiers de comptes de 1877, d’autres de 1907) à Catane par le poète du 16 au 18 octobre 2016.

La version italienne est des artistes Pia Scornavacca et Carlo Sapuppo.

bar-du-marche-de-catane-1-octobre-2016

1

Cinq heures, les premières voitures

à grand vacarme sur les chaussées de lave

abaissent la Méditerranée qui nouait Catane dans le sommeil

et le soleil se lève en ruisselant de sel.

Camionnettes à fruits, bennes à ordures, triporteurs de légumes,

encore peu de cris, peu de voix fortes.

Les pentes des collines tremblent, les marchands descendent,

de derrière les collines arrivent en cortèges peureux

les asservis, les ramasseurs d’oranges, les vieux Sénégalais

qui comptent vendre une ceinture, une montre ;

de derrière les collines arrivent ceux qui

en grinçant prient les vestiges des dieux,

lustrent, rincent toute l’île

et remettent encore une fois en mouvement la vie des hommes.

 

Le cinque, le prime auto

con grande chiasso sul lastricato lavico

abbassano il Mediterraneo che annodava Catania nel sogno

e il sole si alza grondante sale.

Camioncini con frutta, auto-compattatori, moto-ape con verdure,

ancora pochi gridi, poche voci forti.

I pendii delle colline tremano, i venditori scendono,

da dietro le colline arrivano in cortei spaventosi

gli asserviti, i raccoglitori di arance, i vecchi Senegalesi

che sperano vendere una cintura, un orologio ;

da dietro le colline arrivano quelli che

digrignando pregano le antiche tracce degli dei,

purificano, risciacquano tutta l’isola

e ancora una volta ridanno slancio alla vita degli uomini.

1-rimg1056

*

 

2

Par les cinq rues qui naissent des rochers de la côte

montent toute la matinée

ceux dont la vague amère n’a pas voulu.

Ils remontent et baissent les yeux devant les gros fourbes,

ils remontent par les hanches de Catane,

et par ses aisselles, par ses clavicules ;

et eux portent à l’épaule le long filet

avec les mailles étranges de leurs langues

où brillent des poissons bouleversants,

morts ou vivants. Vivants. Des alevins de

l’humanité qui vient, espérante, désespérée, naïve, migrante.

 

Dalle cinque vie che nascono dalle rocce della costa

salgono tutta la mattina

quelli che l’onda amara non ha voluto.

Essi risalgono e abbassano gli occhi davanti agli scaltri,

risalgono per le anche di Catania,

attraverso le sue ascelle e per le sue clavicole ;

ed essi portano sulla loro spalla la lunga rete

con le maglie strane delle loro lingue

dove brillano pesci sconvolgenti

morti o vivi. Vivi. Degli avannotti della

umanità che va sperando , disperando, ingenua, migrante.

2-rimg1058

*

3

A cinq heures jeune soleil et machines

roulant sur les dalles de lave me réveillent.

La cheville brisée, reclus en haut de l’immeuble,

il ne me reste plus que d’entrer en larmes

dans le chœur de toujours qui tourne et va

sur la ville, qui tourne et marche et fait

la ville, dont je ne suis plus que le

bourdon du bourdon.

 

Alle cinque giovane sole e motori

rotolando sulle lastre di lava mi svegliano.

 La caviglia spezzata, recluso al piano alto del palazzo,

non mi resta che entrare piangendo

nel coro di sempre che gira e va

sopra la città, che gira e cammina e fa

la città, di cui sono ormai solo

il bordone del bordone.

3-rimg1062

*

4-rimg1066

***

Publicités

One response to “Bruit, aube, à Catane”

  1. veron says :

    texte qui évoque le palpitement de la vie ,du plus voyant au plus humble et qui sait suggérer la beauté et le mystère du vivant ,même si les humains ne le perçoivent pas .la couleur orange et la beauté des sonorités italiennes prolongent l’image magnifique du soleil ruisselant de sel.Mais quels sont ces vestiges des dieux?Merci pour ce texte qui nous oblige à lire ce qui nous entoure ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :