Carrefour, avec Ali Traoré à Catane, octobre 2016

Trois diptyques créés le 15 octobre 2016, sur papier tchèque Aquacal 220g de 29,6 cm sur 42 cm en deux exemplaires au grand marché de Catane en Sicile, par Ali Traoré et Yves Bergeret, et avec des gestes d’acrylique et des collages faits par ce dernier, en particulier avec une carte de 1818, des gravures de 1852 & un livre de comptes de 1906.

01-20161015_094951

1

J’ai découvert un lieu qui parle fort par les cris des hommes, qui accueille avec sa diversité.

Je m’assieds à un bar :

un homme se présente avec sa gentillesse.

Après que nous avons beaucoup parlé, je le trouve important car il m’a offert le lieu qui est riche.

AT

*

 

De sa Palestine natale

il apporta il y a trente ans

d’autres fruits, une autre foi,

une autre langue, vieille et classique,

et certaines graines qui multiplient

entre les pavés, les frontons, les forteresses et les saisons dures.

YB

diptyque-1-du-15-octobre-avec-ali-traore

2

Sur la place du grand marché

les marées charrient tout,

les besoins charrient tout,

la terre et la faim charrient tout,

les crues et les étiages

remuent, ravivent le grand limon humain

et il n’y a pas que sur les bords que s’entrecroisent

les langues et leur désastreuse avidité de pouvoir.

YB

*

 

A Catane, la ville qui s’endort tard

et elle se réveille tôt.

Le soleil se lève,

je sors pour le marché.

En arrivant je trouve deux personnes

qui se préparent pour la journée.

Les couleurs se mélangent

et les langages se multiplient.

Tout bouge partout.

Je pars à la découverte des autres cultures.

AT

diptyque-2-du-15-octobre-avec-ali-traore

3

Un matin la faim me dirige vers une odeur.

En chemin j’ai traversé beaucoup de foule.

Arrivé à la porte je trouve une vieille femme.

Elle m’accueille avec ses cris qui expriment sa joie

dans sa boulangerie qui donne le bonheur

à tous ceux qui passent là-bas.

AT

*

03-20161015_091334

De son faubourg bravache

elle apporta il y a soixante ans

l’amour de la lignée, l’art du cri

pour paralyser et soupeser l’étranger,

l’art de crier en riant pour exorciser l’infortune,

l’art du cri pour vendre les pains de sa boulangerie

comme des bras et des jambes de marionnettes

à assembler le soir à table

surtout là où les lignées faiblissent.

YB

diptyque-3-du-15-octobre-avec-ali-traore

 

***

sdr

sdr

***

Publicités

3 responses to “Carrefour, avec Ali Traoré à Catane, octobre 2016”

  1. Antonio Devicienti says :

    Cher Yves,
    je reconnais la Catane que j’aime et dont je me rappelle très bien; à Ali je souhaite une vie d’homme libre et je souhaite aussi que l’Italie soit pour lui terre où il trouvera respect et appréciation; votre texte sur « l’art du cri » est parfait car il exprime un trait essentiel de l’ame la plus ancienne et la plus vraie du Sud d’italie.

    • Aly Traore says :

      Merci vraiment Antonio ; je suis très touché. La vie c’est la dignité par la poésie aussi et par le dialogue .

  2. veron says :

    Parmi ceux qui ne.comptent pas.dans.le. »grand.limon.humain »,il.était.unique.Vous.lui.avez.rendu.son.visage.et.sa.parole.de.dignité.qui.nous.est.nécessaire.à.présent.comme.toute.parole.issue.des.rencontres.vraies.L’accueil.n’est.plus.seulement.un.mot.comme.l’expriment.les.visages.que.vous.avez.insérés.dans.votre.texte.Merci.pour.cette.leçon.d’humanité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :