L’Homme du vent, Hamidou Guindo, 12 dessins (2004)

01 Hamidou Guindo à Koyo, juillet 2009

Hamidou Guindo est cultivateur à Koyo, village Toro Nomu (la plus orientale des neuf ethnies dogon) isolé sur un haut plateau de grès totalement entouré de falaises verticales, accessible seulement en escalade, au nord du Mali. Il est également sculpteur initié sur bois (matériau très rare dans ce Sahara). Le village est une communauté sans écriture très soudée de 500 personnes, particulièrement vigilante à la transmission et à la protection de son système de pensée, de rites et de vie, qu’elle appelle le « baïlo bira ». Les Anciens confèrent à Hamidou, né vers 1970, une fonction rituelle d’ « émissaire ». Il voyage donc « à l’étranger » (hors l’espace de sa langue, le Toro tégu). A l’intérieur de son habitat en briques de terre il est un exceptionnel peintre muraliste peignant en palimpseste de complexes figurations qui sont des outils de transmission et d’initiation du « baïlo bira » : il les « lit » donc au poète Yves Bergeret à chaque retour de celui-ci au village, au cours des années 2000 à 2009.

02 HamidouG2Koyofev05

Comme les quatre autres peintres de Koyo, un autre homme de Koyo un peu plus âgé et d’une très grande autorité morale, et Yacouba Tamboura, captif de Peul du village de plaine de Nissanata, il travaille en créant absolument tous les jours avec le poète durant ses longs séjours. « Emissaire », il l’accompagne également souvent à Bamako, à mille kilomètres ; ces longs voyages, éreintants, sont l’occasion de transmissions orales très nombreuses.

Sur un petit carnet (13  x 9 cm, 40 pages) qu’Yves Bergeret lui a donné vierge en octobre 2004, Hamidou Guindo dessine au stylo à bille noire ses aphorismes, traits qui rendent visible la parole en action dans le réel. Il remet ce carnet au poète le 30 octobre 2004, tout près du village, sur la grande dalle de Bonodama, surplombant un vide impressionnant, lieu des rites parmi les plus importants du « baïlo bira », circoncisions groupées tous les trois à cinq ans, rite des grands sacrifices pour l’ouverture des semailles, etc. ; Bonodama devenait en 2004 le lieu le plus fertile de création des nombreux grands poèmes-peintures sur tissu des peintres et du poète.

03 creation5mgris2Bonodamajuil05

04 Action-10

Dans la pensée « baïlo bira » le vent est le porteur de la parole. La parole est la substance même du réel. Le vent apporte le nuage, promesse certaine de la forme liquide et fécondante de la parole, la pluie, qui transforme la graine-parole enfouie dans le sol, concrétion de la parole ; c’est alors que la graine-parole, épanouie, peut nourrir les hommes et les femmes, jardiniers de la parole.

Le poète transcrit ici dans l’ordre du carnet une sélection de ce que Hamidou Guindo lui a dit en « lisant » (selon sa propre expression), page à page, les traits qu’il avait tracés.

1

L'Homme du vent, 01, HG octobre 2004

Une pierre sur la montagne fait jaillir l’eau.

*

2

L'Homme du vent, 02, HG octobre 2004

Le matin le vent s’adresse au cœur de la montagne et lui dit de se lever.

*

3

L'Homme du vent, 03, HG octobre 2004

Le vent bat la montagne comme on bat le grain sur l’aire de battage.

*

4

L'Homme du vent, 04, HG octobre 2004

Le pied du vent apporte à profusion le lointain.

*

5

L'Homme du vent, 05, HG octobre 2004

Les montagnes se saluent la nuit.

*

6

L'Homme du vent, 06, HG octobre 2004

Au dessus du cultivateur qui bêche les nuages se mettent à danser.

*

7

L'Homme du vent, 07, HG octobre 2004

Le vent sort de la gueule du caracal.

*

8

L'Homme du vent, 08, HG octobre 2004

Les gens s’unissent pour chasser les criquets pèlerins.

*

9

L'Homme du vent, 09, HG octobre 2004

La peau de la montagne.

*

10

L'Homme du vent, 10, HG octobre 2004

Le cœur de la montagne chante très fort.

*

11

L'Homme du vent, 11, HG octobre 2004

Le vent tourne sur la montagne.

*

12

L'Homme du vent, 12, HG octobre 2004

Le vent emporte la montagne.

***

 

05 Action-09

06 Action-11

Publicités

2 responses to “L’Homme du vent, Hamidou Guindo, 12 dessins (2004)”

  1. Veron says :

    Tout paraît simple .si simple!!!Merci pour la transmission de cette expérience inouïe.

  2. Veron says :

    le texte ,les dessins ,les commentaires,les photographies ,les relire ,les regarder ,longtemps et souvent ravivent ,les
    souvenirs mai s mieux encore font naître une profonde méditation dans laquelle s’affirme mystérieusement la vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :