Le Cercle de pierres

IMG_2433

IMG_2374

IMG_2052

Poèmes tous peints en plein air pour une installation 

sur papier Fabriano 200gr de format vertical de 200 cm sur 75 :

première présentation publique le 26 août 2015 à Poyols avec des interventions musicales du saxophoniste Nicolas Mizen ( basées sur les éléments de la Sequenza IX de Luciano Berio ) et avec des rehauts exceptionnels de Mariam Partskhaladze (laine, soie, feutre, etc.) sur le cinquième poème.

Cette installation est conçue et réalisée dans la lignée directe d’Archipel Vigie (cf ce blog, septembre 2014) créée à Poyols et Ponet, près de Die, un an avant. A la demande des habitants de Poyols (Association des Amis de la Béoux ; aide du Conseil Presbytéral) et avec leurs participations actives et remarquables le cycle de ces poèmes a été créé et réalisé sur très grands papiers en trois mois.

Portée par l’éloquence métaphorique et géologique des montagnes du Diois et des reliefs de la Sicile, l’installation a pour thème central la migration (drame, exils, long voyage) toujours dans la conscience éthique de l’autre, de son écoute, du dialogue, donc de la parole qui ouvre.

En activant ce lien : https://youtu.be/7gLYD05lC9A on entend l’enregistrement de la création de l’oeuvre

e in italiano, ecco : https://rebstein.wordpress.com/2015/09/07/il-cerchio-di-pietre/

IMG_1895

IMG_2445

1

Exceptionnellement peint à Aidone, au cœur de la Sicile

au format vertical 260 cm x 75, le jeudi 11 juin 2015

Des cavaliers sautèrent dans le vide,

la falaise signait leur mâle destin.

Puis une femme prit sa monture,

la fit tourner dans la paume des montagnes.

Les alouettes à tue-tête acquiesçaient

invisibles, là-haut.

Puis les martinets,

dans l’éloquence sonore de la beauté

qui ne possède pas.

2

Créé et peint sur les galets du lit de la Sure, juste à l’amont de Sainte-Croix, près de Die

le jeudi 25 juin 2015

en pensant à la Crête d’Aucelon

Les maîtres font ravaler aux nourrissons leur langue,

les puissants applaudissent, rachètent.

Lui, scindant, scindé,

tranchant, tranché,

ouvrant le ciel en deux

partage les eaux entre ubac et adret.

Effrayé du pouvoir que son geste lui jette au visage,

sacrificateur sans victime

si ce n’est de lui-même,

auberge de chair et de sang

dont cave et grenier brûlent,

pilote aux yeux crevés,

il entend sans fin les tambours de dépossession,

cherche, en jetant de part et d’autre dans le vide des pierres,

cherche la parole claire.

20150824_160813

3

Créé et peint le lundi 29 juin 2015 dans une clairière de Combemal, à Rousset,

sur les hauts plateaux du Vercors près de Die

en pensant aux piliers verticaux du Roc d’Ambanne

Lui traverse à gué le détroit

portant sur ses épaules le monde

harassé, hirsute, argile et ténèbre.

Cette aube il sera le haut pilier calcaire

pour porter son âme vers le dixième ciel

où le sédiment devient allégresse

puis sera une montagne qui se penche

pour poser au sec le monde,

ôter son vieux masque

et lui parler.

4

Créé et peint le mardi 30 juin 2015 dans une clairière de Combemal, à Rousset,

sur les hauts plateaux du Vercors près de Die

en pensant à la haute falaise de Boutarinard, sur la crête d’Aucelon, près de Die

 

Lui aussi traverse à gué le détroit

portant à l’épaule gauche la lune blanche

du doute et de l’épuisement,

à l’épaule droite le noyau de l’étoile

qui monte en vrille dans le ciel

et lève une montagne claire,

simple comme un jeune dieu.

Or la traversée n’en finit pas,

la montagne est creuse

et s’évide par moitié.

Lui reprend l’étoile et la montagne,

les cogne l’une contre l’autre,

en recueille la poussière d’humanité,

plancton sobre et beau de la traversée sans fin.

IMG_2398

5

Créé et peint le 8  juillet 2015 à Die

en pensant au Vallon de Combeau

Elle entend ses enfants jouer dans le sable du jardin,

les grains tombent, le sable chante,

chaque grain est une colline du Caucase,

chaque grain une montagne de son enfance,

grain un glacier noir,

grain une griffe de tigre,

grain une page d’épopée,

elle écoute ses enfants recoudre son enfance,

elle les écoute dégager grain à grain

l’autre pied de l’arc en ciel

qu’elle créa en commençant son voyage.

6

Créé et peint le 8 juillet 2015

aux marnes de Boutarinard, au pied de la falaise de Boutarinard, près de Die

 

De son son enfance il fit un hachis

qu’il jeta en pâture au tigre des glaciers.

Bien après son âge mûr

il grimpe talons nus sur les volcans.

Les empreintes de la plante de ses pieds :

un curieux archipel, dur comme vertèbres,

comme osselets des épopées

qu’il fait tomber et rouler sur la table où se jouent nos destins,

mêlant fine raison et symbole rutilant.

7

Créé et peint le 12 juillet 2015

sur la crête de Solaure, près de Die

en pensant à la crête au dessus du refuge Citelli, dominant Valle del bove, sur l’Etna

J’atteignis la crête avant la nuit

où je vis un large cercle de pierres claires.

La nuit avait déjà noué les vallées.

Je n’entrais pas dans le cercle de pierres.

Qui était miroir du ciel

puis baiser du ciel avant le noir.

Et j’entendis la jeunesse de la montagne,

le lent déménagement des planètes,

l’ardeur avant l’entrée en scène

et le souffle de la création

qui cherche encore ses mots.

IMG_2411

8

Exceptionnellement créé et peint à Casa Corpo, à Noto Antica,

dans le sud de la Sicile le 31 juillet 2015

Car les pierres pensèrent et naquirent

mettant la violence en fuite alluviale

vers le fond des ravins.

Les pierres saluent

et incarnent si bien l’ombre de la parole

que s’y reconnaissent les générations humaines

et que les dieux s’y accrochent même en pleine crête.

Les pierres seront la cave du ciel,

les traces de l’assemblée des dieux,

l’anneau au doigt de la parole

fidèle à la parole

dans sa migration à jamais.

9

Créé et peint le 17 juillet 2015

sur la crête juste à l’est du col de Menée

en pensant à la crête au dessus de Valle del Bove, sur l’Etna

Vers minuit à la lune

arriva un homme très sombre.

De l’autre côté du cercle de pierres il s’assit

et chanta ces paroles :

«  nous avons un précipice dans le cœur.

Quatre volcans portent le ciel.

Mon âme est une haute tour de signes mirifiques,

elle ignore la poussière et la déroute

et j’en pleure.

Un précipice se creuse dans ma bouche.

Serai-je enfin un gué dans quatre vallons ? ».

IMG_2435

10

Créé et peint le 20 juillet 2015

Dans lit du torrent de la Jarjatte, en amont du village, dans le Dévoluy

en pensant à la crête au dessus de Valle del Bove, sur l’Etna

Puis à cheval sur une comète

qui semblait une barque sans fond

arriva un homme au très clair regard.

Il s’assit au bord du cercle de pierres

et chanta ainsi :

« après le gué, j’ai posé le vieux monde

sur un lit de galets étranges ;

tous mes os deviennent harpe

et osselets et flûte dont le vent apprend à jouer.

Assis j’attends, j’entends, je pressens des destins et des mondes

naissant de nos paroles. »

11

Créé et peint le 22 août 2015 à Poyols

en pensant au cercle de pierres sur une crête de l’Etna et à Boutarinard

Puis arriva dans le creux du vent

une personne à la voix multiple ;

elle s’assit au bord du cercle de pierres

et chanta ainsi :

« dans des barques ou des trains,

à pied ou en car,

nous allons, déjetant la panoplie de la violence, je vais,

précipice-jardin empli d’enfants et de cris.

Sonnant douce harpe et claire percussion de mes clavicules

et de mes côtes courbes et légères

je porte la parole en graines et son émoi

et la livre à la main de qui veut ne pas tuer ni mourir ».

 

12

Créé et peint au col de la Servelle, au dessus de Saint-Nazaire le désert le 21 août 2015

en pensant à la crête de nuit au dessus du refuge Citelli sur l’Etna

Alors le cercle de pierres s’éleva,

devint colliers de lunes lucides au cou de la déesse invisible ;

du centre une voix chanta, proche et immense :

« je suis l’utopie qui nous fait délivrance et lien,

je suis la parole, j’aime sans aimer.

Vous gravissez les montagnes,

vous traversez les déserts et les mers

et je marche toujours à vos côtés.

Je suis votre peau et la racine de vos noms,

je suis votre corde vocale éternelle.

Je disparais dans les rides de la main que je serre,

je suis votre sillage dans la mer

et le poids de la pierre qui monte au ciel puis en revient.

Toujours je vous suis attentive, vigilante et aimante,

mais je n’existe que dans le retrait.

J’allonge la nuit et lui creuse le corps

jusqu’à en faire un volcan au fond de votre sommeil.

Je détends le jour et marche devant vous

qui cherchez à mieux vivre en traversant mers et déserts

pour être plus proches de moi,

mais je vous échappe, déesse oiseau invisible.

Je suis la parole, la délivrance et le lien

qui vous sépare et vous nomme amoureusement.

Vous me suivez et me poursuivez,

je vous devance dans le silence entre les salves de mon chant.

Je suis l’ombre sous les mots

et la clarté de la lune devant les pierres.

Marchant marchant vous me cherchez,

je me montre et m’esquive,

je vous dis et vous indique,

je suis la parole qui vous aime sans aimer ;

aussi faisons-nous cercle

roulant sans fin par les monts et les mers,

cercle qu’aucun dogme ni guerre n’épuise ni n’arrête,

roulant notre cercle par les plaines, les houles et les pentes,

anneau de la paix qu’après tant de violences et d’exils

la parole et le corps se passent au doigt l’un de l’autre,

simple utopie de pierres claires

ou d’os légers sur une crête

ou sur un rivage dans la nuit. »

IMG_2418

IMG_2465

IMG_2392

*

L’installation Le Cercle de Pierres, avant de proches présentations à l’étranger, a été reprise à Paris le 27 janvier 2016 dans la Grande Salle de la Maison des Associations du 15ème, à l’invitation de l’association Le pont Mirabeau et avec une introduction par Anne de Commines. Voici deux photos de cette présentation :

IMG_3314.JPG

Le Cercle de Pierres 1, Paris janvier 2016.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

One response to “Le Cercle de pierres”

  1. julien blaine says :

    heureux d’avoir contemplé ce travail
    julien blaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :