Cinq inadéquats

Sicile, mars 2015

Poèmes-peintures créés par Yves Bergeret en Sicile sur Fabriano 220 gr (chacun de 200 cm de haut sur 75 cm de large) prolongeant, par une réouverture en espace, son livre L’Homme inadéquat, publié en français et italien (traduction de Francesco Marotta ; éditions Forme Libere, collection Il Gheriglio dirigée par Angela Bonanno, Trento, novembre 2014)  

Ces cinq « portraits » d’êtres inadéquats ont été conçus pour une installation avec en outre / cinq nouvelles sculptures de fer, fils de fer et pièces de métal de Carlo Sapuppo, / quinze aphorismes du poète sur papier repris du livre même, calligraphiés au lavis d’encre de Chine et accompagnés de dessins de Carlo Sapuppo /

et avec des improvisations en musique contemporaine de la violoniste Francesca Gugliotta (ci-dessous en répétition) tandis que les cinq poèmes nouveaux étaient dits en français par le poète et en italien par Angela Bonanno et Giampaolo De Pietro : c’est ainsi que l’installation a été présentée au public dans la Sala Prisma de la ville d’Aci Bonaccorsi, près de Catane et au pied du volcan, le samedi 14 mars 2015.

IMG_1249

1

créé et peint à Aci Bonaccorsi le 12 août 2014, avec des interventions à la laine vierge de Pia Scornavacca

Tu entends le volcan dans ton poumon

et dans l’autre poumon

tu mets ces fleurs où les tiens entendent ta voix

IMG_1261

2

créé et peint à Aci Bonaccorsi le 2 mars 2015

Je suis vent de crête

et ne respire qu’hier ou demain.

Aujourd’hui me brûle.

La crête est ma colonne vertébrale,

mes pieds bataillent dans le vide de part et d’autre.

Je vois jusqu’au fond du monde

des îles, des enfers, des arbres.

Je vous en fais don.

IMG_1259

3

créé et peint à Casa Corpo, à Noto Antica, dans le sud de la Sicile, le 5 mars 2014

Dans l’obscurité du théâtre

tu furètes, avant-scène, coulisses,

plateau, fond de scène, loges,

cherchant la vendeuse de destin par billets,

une vraie mère qui ne donne pas le jour

sans un chant déchirant

qui écarte si bien les deux jambes de l’horizon

que les tirades du vrai théâtre en émergent

comme des archipels avec des héros de chair et de sang

et ta jeune carcasse de maçon

de la maison commune.

IMG_1270

4

créé et peint à Casa Corpo, à Noto Antica, dans le sud de la Sicile, le 6 mars 2014

Je suis l’éboulement mélancolique de la montagne.

Je suis la résonance des pierres et du torrent.

Je suis l’impatience du torrent et du vent.

Je suis le distance de l’océan entre mes enfants et moi.

Je suis mon impatience silencieuse.

Je suis le carillon furieux du soir.

Je dis l’hésitation.

IMG_1263

5

« tourbillon de parole » créé et peint à Aci Bonaccorsi le 12 mars 2015 constitué d’aphorismes écrits et calligraphiés sur les hautes pentes de l’Etna les années précédentes puis publiés dans le livre L’Homme inadéquat ; le poète dit en public ce « tourbillon » dans une sorte de « sprechgesang » qui se rappelle la diction de la Ur Sonate par Schwitters même et le déroulement de la Sequenza de Berio

Le vent, paille du cœur

Le vent, ombre du chœur

Dans le nuage je crée chemin

Qui veut gravir écoute

Mon sang coule dans les veines du vent

IMG_1266

***

Voici six témoignages photographiques de Carla De Leo :

Photo Carla De Leo, 028

Photo Carla De Leo, 087

Photo Carla De Leo, 070

Photo Carla De Leo, 022

Photo Carla De Leo, 048

Photo Carla De Leo, 008

***

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :